Placements non éthiques (10/06/2010)

Quand on joue, c'est le plus souvent le casino qui gagne. Y a-t-il moyen d'en profiter ?

On n’en a que pour les placements éthiques. Et l’inverse, les placements non éthiques ? La sicav Vice Fund est une des plus connues du secteur. Cette année, elle fait mieux que l’indice boursier mondial. Comme ses gestionnaires ne se privent pas de le faire savoir, nous ne sommes pas étonnés de voir que certains de nos lecteurs lui trouvent des charmes. Est-il oui ou non intéressant d’investir de manière non éthique, dans des valeurs qui du fait même de leur nature sont plus ou moins insensibles à la conjoncture ? Bref, le pari est-il à la hauteur du gain potentiel ? Nous avons des doutes.

· ‘Placements non éthiques’ : voilà qui est bizarre dans un contexte où ce qui est vert, durable, socialement responsable, bref éthique, est de plus en plus populaire. Si la notion de placement éthique est floue, son contraire, le placement non éthique, est rapidement circonscrit, lui. Demandez à vos proches si le commerce des armes ou les jeux et paris sont éthiques ou non éthiques. Ils vous répondront : « non éthiques bien sûr… ».
· La notion même d’investissement éthique bute aussi sur le préjugé – totalement faux – que le caractère durable d’un placement coûte à l’investisseur. Autrement dit que le placement non éthique, lui, est plus rémunérateur. Qu’en penser ?

SEX, DRUGS AND ROCK 'N' ROLL
· Placement non éthique : il est probable que vous vous imaginiez mille choses, mais la réalité est infiniment plus terre à terre. La sicav non éthique la plus connue est Vice Fund (NASDAQ : VICEX). Son portefeuille est constitué de valeurs archiconnues comme... le brasseur Anheuser-Busch InBev !
· Comme dit plus haut, l’univers des placements non éthiques est bien plus simple à circonscrire que celui des placements éthiques. Pas de « screenings », pas de fiat à obtenir de multiples commissions spécialisées. Il suffit qu’une valeur soit cotée en Bourse et qu’elle appartienne à la catégorie tabac (Altria, British American Tobacco), boissons alcoolisées (Carlsberg, AB InBev), jeux et paris (Ladbrokes, Wynn Resorts) ou défense (Boeing, Lockheed Martin) pour qu’elle soit dans le collimateur des gestionnaires de Vice Fund. Ce n’est que dans un deuxième temps qu’ils sélectionnent les meilleures.
· Contrairement aux placements éthiques, pour lesquells elles sont légion, il n’y a que peu de sicav non éthiques à la portée de l’investisseur particulier. Jusqu’en 2008, Vice Fund était la seule. Entre-temps un autre instrument est venu la concurrencer, le tracker Market Vectors Gaming coté en Bourse de New York (ticker: BJK) et spécialisé, comme son nom l’indique, dans les valeurs des jeux et paris.

PRESTATIONS
· Le placement non éthique rapporte-t-il plus à long terme que le placement classique ? Oui, assurent ses gestionnaires :
– les secteurs concernés sont contracycliques. L’économie va mal ? Les gens vont continuer à fumer et à boire de la bière. Peut-être plus même. D’ailleurs la consommation de tabac ne diminue pas, les statistiques sont incontournables. Cela réduit la probabilité de voir baisser fortement les cours de ces valeurs. En théorie du moins ;
– ces secteurs sont souvent visés par les autorités. Soit on interdit certains produits ou certains services, soit on les taxe. A première vue, c’est un désavantage, mais il apparaît souvent que ce n’est pas le cas. Ne fût-ce que parce que l’augmentation de la fiscalité est reportée sur le prix que paie le client et parce que cela réduit la concurrence en décourageant de nouveaux acteurs de faire leur entrée sur ces marchés.
· La sicav Vice Fund existe depuis 2002 et se prête donc parfaitement à une analyse approfondie. Qu’en ressort-il ? Que ses excellentes prestations actuelles (+ 21% sur un an contre +12 % pour l’indice boursier mondial), qui attirent évidemment les investisseurs, sont plutôt l’exception que la règle générale. Regardez le graphique ci-contre. Il remonte au lancement de cette sicav. Chaque année quasiment elle a fait moins bien que l’indice boursier mondial. Et, ce qui est le comble, cette piètre performance était associée à un risque plus élevé. C’est la raison pour laquelle notre indicateur de performances ne lui attribue guère une cote élevée : *.

MENTALITÉ DE CASINO
· Tous les malheurs de Vice Fund semblent venir du très volatil secteur des casinos. La sicav a longtemps bénéficié de l’avantage défensif que représentait sa présence dans le secteur des boissons et du tabac. Mais en réalité, l’atout contracyclique mis en avant n’est qu’un faux argument. 2008 a été une année désastreuse pour les marchés boursiers (-40 %)... tout comme pour Vice Fund (-39 %). Market Vectors Gaming a même perdu davantage : -54% alors que c’était sa première année.
· Le fait que ces sicav concentrent leur tir sur quelques secteurs seulement fait que leur portefeuille n’est pas vraiment diversifié. Si l’important secteur des casinos fait mieux que la Bourse dans son ensemble, la sicav non éthique fera mieux, elle aussi. C’est le cas cette année. Mais l’inverse est tout aussi vrai. Une situation à nos yeux dangereuse.
· Enfin, si nous n’avons donné que * à Vice Fund, c’est aussi parce que ses gestionnaires se sont souvent trompés dans leurs placements. Ne pas acheter.

VICE FUND (en gras) ET INDICE BOURSIER MONDIAL (base 100)

Ne vous laissez pas abuser par les bonnes performances actuelles de Vice Fund. C’est pour une bonne part dû... à la chance !