Taux d'intérêt nominal et réel (01/07/2012)

Réponses à vos questions

Un éclaircissement ? Une précision relative à nos conseils ? Un avis plus personnalisé ? Nos spécialistes sont à votre disposition pour répondre brièvement à vos questions les plus pointues.

02 542 33 50

Du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h à 16h

Pour nos autres services, consultez la rubrique contact

Nominal ou réel ?

Le taux d’intérêt nominal, c’est le taux affiché sur une obligation. Pour une obligation émise au prix de 100 %, qui offre chaque année un coupon de 4 %, le taux d’intérêt nominal de l’obligation est tout simplement de 4 %.
Le taux d’intérêt réel tient compte, quant à lui, de l’inflation. En général, on peut estimer que le taux d’intérêt réel correspond au taux d’intérêt nominal, moins le taux d’inflation. Ainsi, par exemple, si l’inflation s’établit à 2 % par an au cours des prochaines années, une obligation offrant un taux nominal de 4 % délivrera un taux d’intérêt réel d’environ 2 %.

 

Compenser l’inflation

Dans dix ans, 1 000 euros vaudront moins qu’aujourd’hui en termes de pouvoir d’achat. C’est l’inflation. Pour compenser ce phénomène sur le capital qu’ils investissent en obligations, les investisseurs réclament normalement un taux d’intérêt qui compense au moins l’inflation attendue.

 

Prophétie ou vérité ?

Le taux d’intérêt réel d’une obligation dépend du taux d’inflation qui sera atteint entre aujourd’hui et la date d’échéance de l’obligation. Il s’agit donc d’un chiffre qu’on ne connaît pas avec exactitude. Les investisseurs avertis l’estiment néanmoins, en fonction des attentes qu’ils nourrissent à propos de l’inflation. Ils déterminent ainsi le taux d’intérêt nominal qu’ils veulent recevoir et qui leur permet d’au moins couvrir l’inflation attendue (même si d’autres éléments entrent bien sûr aussi en considération : durée, risque lié à l’émetteur, offre et demande…).
Attention toutefois. Il peut arriver que la réalité s’écarte des anticipations. Si l’inflation s’avère finalement plus élevée que prévu, les investisseurs seront bloqués jusqu’à l’échéance avec des obligations leur offrant de faibles coupons et dont le rendement réel pourrait même être négatif (vu que l’inflation grignotera le maigre rendement nominal).