Des questions ?
Test-Achats est à vos côtés pour:
- traiter toute plainte ou demande
- tout avis juridique et sur la santé


Pas encore abonné(e) ?
Appelez-nous pour un conseil gratuit (mentionnez le code "conseil") au 02 542 33 00
et découvrez tous les avantages de l'affiliation.

Le monde Test-Achats :
En direct

Grèves sur le rail? Navetteurs, récupérons ensemble notre dû!

9 octobre 2015
Grèves sur le rail? Navetteurs, récupérons ensemble notre dû!

Abonné du rail, participez à notre action collective en vue d’obtenir l’indemnité à laquelle vous avez droit ! Si vous êtes un salarié non gréviste et privé de transport, comment conserver le droit à votre rémunération un jour de grève ? Quelles solutions alternatives ?

Quelles obligations vis-à-vis de votre employeur ?

Vous êtes un salarié non gréviste, vous n’arrivez pas à vous rendre sur votre lieu de travail mais vous voulez conserver votre rémunération ce jour-là. Est-ce possible ? Oui, à condition de respecter certaines conditions. La législation distingue deux cas : grève surprise et grève annoncée (ou prolongée).

Grève surprise

En cas de grève surprise des transports en commun, le travailleur salarié pourra prétendre à sa rémunération journalière garantie même lorsqu’il ne peut atteindre son lieu de travail ou l’atteint avec retard. Pour cela, il doit prouver avoir tenté, par tous les moyens raisonnables, de se rendre sur son lieu de travail. Sinon, il ne sera pas payé et cette journée sera considérée comme congé sans solde.

Ce principe s’applique aussi bien lorsque le travailleur est privé de train que quand il est bloqué dans les bouchons consécutifs à la grève des transports en commun.

Grève annoncée ou prolongée

Si la grève a été annoncée ou dure plusieurs jours, les travailleurs sont présumés chercher d'autres solutions pour se rendre à leur travail (lire la section suivante : véhicule privé, covoiturage, vélo, marche…).

Le salaire garanti ne sera dès lors pas dû et ces journées d’absence seront considérées comme congés sans solde, sauf si le travailleur prouve qu'il a fait tout ce qui était raisonnablement possible pour rejoindre son lieu de travail à temps mais que ses efforts sont demeurés vains. 

Le travailleur peut, en accord avec son employeur, choisir de prendre congé pour les jours de grève annoncés ou les prendre comme jours de récupération. Le travail à domicile ne peut se faire qu’en accord avec l’employeur. A noter que l’employeur n’a pas l’obligation légale de mettre en place un système de covoiturage.


?

Besoin d'aide?

Pour toute question
ou conseil

 02 542 35 55

lu-ve 9h à 12h30 | 13h à 17h (ve jusqu'à 16h)

Réactions :

A quand la grève des navetteurs, cela consistera à ne plus montrer son titre de transport équivalent au nombre de jours de grève que nous avons subi. Car c'est toujours le travailleur navetteur qui trinque dans cette histoire, et y en a ras-le-bol, et j'invite tous les navetteurs à agir de la sorte.

JL

qu'en est-il de la demande de compensation rentré collectivement par test-achats ?
merci de nous tenir au courant par Mail
Philippe P
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19