Pourquoi utilisons-nous des cookies? Nous utilisons des cookies propres et des cookies tiers pour améliorer la qualité de la navigation, personnaliser les contenus, développer des statistiques, diffuser des annonces adaptées à vos préférences et faciliter votre interaction avec vos réseaux sociaux. Pour ce faire, nous traitons des données personnelles telles que, par exemple, vos données de navigation. Si vous continuez à naviguer sur notre site, vous acceptez nos cookies. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur notre politique de cookies ou annuler tous ou partie des cookies, cliquez ici

Alimentation

Prix de l’alimentation: le belge paie encore beaucoup plus que les pays voisins

27 mai 2014
Cette année aussi, Test-Achats établit son propre baromètre des prix des denrées alimentaires. Les prix alimentaires ont, dans l’ensemble, légèrement baissé en 2013. C’est une bonne nouvelle étant donné que le consommateur belge a subi de fortes augmentations de prix les années précédentes. Cependant, tout n’est pas rose. Test-Achats compare en effet également le niveau des prix dans les pays voisins et force est de constater que le consommateur belge paie encore beaucoup plus que ses voisins.

Evolution des prix alimentaires par type de produits

Test-Achats a analysé l’évolution des prix selon le type de produits: ceux de marque
(p. ex.Nescafé, Devos Lemmens, etc.), de distributeur (p. ex. pâtes Delhaize, café soluble Carrefour, croquettes Boni Selection chez Colruyt, etc.) et premier prix (365 chez Delhaize, Discount chez Carrefour, Everyday chez Colruyt).
L’évolution des premiers prix s’est soldée par une hausse de 4,27 % sur l’année, tandis que les produits de marque baissaient de 2,38 % et les produits de distributeurs de 0,48 %.

Exemples :
Parmi les produits de marque, les plus fortes baisses concernaient les fish sticks (-12,43 %), l’huile d’olive (- 12,56 %) et les pâtes (- 10,77 %). Parmi les produits de distributeur, le recul des prix touchait surtout l’huile d’olive (- 7,45 %) et les fish sticks (- 6,91 %). A l’inverse, la plus forte hausse chez les premiers prix a frappé l’huile d’olive (+ 38,26 %) et la confiture (+ 13,22 %).

Evolution des prix alimentaires par catégorie de produits

Après la période de hausses spectaculaires, que nous ont réservé les années précédentes et malgré deux hausses limitées en février-mars et juin-juillet, l’indice montre une légère baisse : - 0,32 %. Si l’on se penche toutefois sur les résultats par catégorie, on voit que la majorité des prix a été à la baisse. Les plus fortes baisses concernent les huiles de marque et les pâtes alimentaires, suivies des margarines et produits à tartiner. A l’inverse, certains ont renchéri, surtout le pain, mais aussi les conserves, les produits pour animaux domestiques, le poisson frais, la viande et la farine.

Evolution des légumes frais, pommes de terre, fruits, viande et poisson

Test-Achats a également analysé plus en profondeur le prix de plusieurs produits de consommation courante. Entre janvier 2013 et janvier 2014, Test-Achats a constaté une
hausse du prix des pommes de terre de 4,22 %, avec un pic de + 58 % en juillet, vraisemblablement dû à l’arrivée de la nouvelle récolte.
Le prix des légumes frais, en revanche, a baissé de 3,39 % en moyenne sur la même période. Cette moyenne cache en fait de fortes différences: d’une part, poireaux (- 43,13 %), tomates (- 17,25 %), salade (- 10,65 %) et, d’autre part, chicons (+ 51,93 %), chou-fleur (+ 22,59 %), oignons (+ 12,54 %).
Les fruits, pour leur part, ont enregistré une baisse de prix de 0,27 %, mais aussi un pic en juin. La viande, quant à elle, a connu un léger renchérissement de 0,54 %, tandis que le poisson coûtait en moyenne 1,23 % de plus.

Entre 2008 et 2013, la Belgique a été plus fortement frappée que ses voisins

Selon l’Observatoire des prix (ICN), entre 2008 et 2013, les prix des produits alimentaires transformés ont grimpé de 12,6 % en Belgique, alors que chez nos voisins, la hausse s’est limitée à 9,6 %. Ce sont surtout le pain et les céréales qui ont tiré les prix vers le haut :
+ 7,9 % chez nos voisins et + 12,8 % dans notre petit royaume. Du côté des légumes, l’inflation a été spectaculaire en Belgique sur le même laps de temps: + 16,5 %, contre
+ 7,1 % dans les pays environnants. Pour les fruits, la hausse a été moins forte, mais bien réelle aussi: + 8,7 %. Maigre consolation : ces prix ont grimpé de 15,7 % dans les autres pays. On le voit, la période n’a donc pas été rose pour les consommateurs. Surtout si l’on sait que l’alimentation pèse lourdement sur le budget des ménages, ce poste venant juste après le logement.

Réduire la note, c’est possible

A l’heure où un ménage belge doit faire face en moyenne à un budget annuel de 35 500 €, dont 5 000 € rien que pour l’alimentation. Il faut donc économiser, là où cela est possible. C’est pourquoi Test-Achats a développé des outils et services pour aider le consommateur. Plus d’infos sur www.test-achats.be