Test-Achats tient à vous informer que notre site Web utilise ses propres cookies ainsi que ceux de tiers pour mesurer et analyser la navigation de nos utilisateurs afin de fournir des produits et services susceptibles de vous intéresser. En utilisant notre site, vous acceptez cette politique et consentez à l'utilisation de cookies. Vous pouvez modifier les paramètres ou obtenir plus d'informations ici.

LE MONDE TEST-ACHATS
Produits chimiques dangereux

Mauvais conseils pour mauvaises herbes

01 juin 2017

En mars 2017, Test-Achats a envoyé des enquêteurs anonymes dans 54 centres de jardinage et magasins de bricolage dans le but de tester la connaissance des conseillers en jardinage en matière de désherbage d’une descente de garage et d’un trottoir. Les résultats sont déplorables. Seuls 6 magasins ont donné les bons conseils en fonction de la législation. 80 % d’entre eux ont conseillé l’utilisation d’un produit à base de glyphosate, pourtant interdit. L’interdiction prochaine de la vente du glyphosate, annoncée par le Ministre Borsus, devrait permettre de remédier, au moins en partie, à ce problème.

Enquête incognito

Test-Achats a envoyé, à la mi-mars 2017, des enquêteurs anonymes dans une sélection de 54 centres de jardinage et magasins de bricolage de 11 grandes villes du pays. L’objectif ? Vérifier comment ceux-ci informent leurs clients des moyens d’éliminer les mauvaises herbes, des alternatives aux produits chimiques néfastes, ainsi que de la destination à donner aux résidus et aux emballages des produits à pulvériser.

 

L’obligation d’informer très largement ignorée

Depuis fin 2016, les magasins où l’on vend des herbicides chimiques sont légalement tenus d’afficher des posters élaborés par les autorités publiques, qui reprennent les questions à se poser avant l’utilisation d’un pesticide et renseignent les moyens de lutte alternatifs disponibles. Les enquêteurs n’ont trouvé les deux affiches officielles que dans 25 des 54 magasins visités, et pas toujours bien en vue.

 

80 % proposent des produits interdits

Les enquêteurs de Test-Achats devaient poser, au responsable du rayon, une question bien précise : comment éliminer les mauvaises herbes d’une descente de garage et d’un trottoir? Au moment de l’enquête, l’utilisation de Roundup et consorts était déjà légalement interdite sur un sol non perméable, comme des dalles, et à proximité d’égouts, d’un étang ou d’un cours d’eau. Or, seul 5 magasins sur 54 se sont enquis de la proximité d’un égout, ce qui a eu pour conséquence que 80 % des centres de jardinage visités ont tout de suite proposé un moyen chimique à  base de glyphosate ou d’une autre substance active. Dans 16 des 54 points de vente, le vendeur a proposé des produits à base d’acides gras, d’acide pélargonique ou d’acide acétique, présentés comme «naturels» ou «écologiques», alors que ces  produits sont également prohibés dans le cas d’espèce s’ils sont à diluer.

 

Quelques-uns seulement ont proposé des alternatives «vertes», comme des brûleurs de mauvaises herbes, ou l’utilisation de l’eau de cuisson des pommes de terre ou des pâtes pour éliminer les végétaux indésirables. 

 

Peu de conseils sur les précautions et le traitement des déchets

A l’achat de désherbants chimiques, le vendeur spécialisé est tenu d’évoquer les mesures de précaution. 12 vendeurs seulement ont conseillé d’enfiler des gants et 4 ont recommandé de couvrir bras, jambes et pieds. Plus fort encore : ils n’ont été que 2 à insister sur l’importance d’éloigner enfants et animaux de compagnie. Près de la moitié des vendeurs ignoraient que les résidus des produits et les emballages vides devaient aboutir parmi les petits déchets dangereux du parc à conteneurs.

 

Le glyphosate, interdit d’utilisation

L’enquête menée par Test-Achats portait sur une législation spécifique imposant une série d’obligations aux magasins vendant des herbicides chimiques.   Il n’en reste pas moins que l’utilisation du glyphosate par des particuliers est interdite en Région bruxelloise depuis le 12 décembre 2016, et le sera à partir d’aujourd’hui en Région Wallonne. La Flandre a également annoncé une interdiction temporaire de l’utilisation du glyphosate. Le Ministre Borsus – compétent pour la vente, contrairement aux Régions compétentes pour l’utilisation - a annoncé vouloir interdire la vente du glyphosate aux particuliers. Un Arrêté Royal est en cours de préparation à ce sujet. Test-Achats se réjouit de cette décision qu’elle demande depuis longtemps suite aux doutes persistants sur l’innocuité de ce produit. En effet, les positions à ce sujet du CIRC d’une part, et de l’EFSA et ECHA d’autre part se contredisent. Il semblerait par ailleurs que ces dernières institutions aient basé leurs décisions sur des études réalisées à la demande des fabricants tels que Monsanto, et influencées par eux. Pour cette raison, Test-Achats soutient la demande d’une commission d’enquête parlementaire européenne permettant l’accès total aux données de l’enquête ayant fondé l’avis de ces autorités.

 

Retrouvez toutes les alternatives pour combattre les mauvaises herbes ici