Pourquoi utilisons-nous des cookies? Nous utilisons des cookies propres et des cookies tiers pour améliorer la qualité de la navigation, personnaliser les contenus, développer des statistiques, diffuser des annonces adaptées à vos préférences et faciliter votre interaction avec vos réseaux sociaux. Pour ce faire, nous traitons des données personnelles telles que, par exemple, vos données de navigation. Si vous continuez à naviguer sur notre site, vous acceptez nos cookies. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur notre politique de cookies ou annuler tous ou partie des cookies, cliquez ici

Produits pharmaceutiques

Crème solaire de qualité et bon marché avec une TVA à taux réduit ?

24 mai 2017

Test-Achats a testé 17 crèmes solaires à indice 30.  Le constat est clair : un prix plus élevé ne garantit pas une meilleure qualité. Et cela tombe bien puisque les meilleures crèmes solaires du test ne sont pas les plus coûteuses, loin s’en faut. Raison de plus pour en appliquer souvent et en quantité suffisante. Trois crèmes, parmi les plus chères, posent problème car elles ne respectent pas le niveau de protection annoncé. L’organisation de consommateurs a alerté la ministre de la santé à ce sujet. Test-Achats plaide aussi pour une diminution à 6% de la TVA sur ces produits essentiels qui ne sont en aucun cas des produits de luxe.

 

Produit coûteux n’est pas synonyme de produit de qualité

Test-Achats a testé les crèmes solaires à indice 30, soit l’indice de protection le plus vendu en Belgique. L’organisation de consommateurs démontre à nouveau qu’un prix plus élevé ne garantit pas une meilleure qualité. Ainsi la crème qui se révèle meilleure du test est exempte d’allergènes, assure un excellent niveau de protection et se situe dans la moyenne des prix. Quant à la crème Maître-Achat, celle-ci fait partie des crèmes les moins chères, soit 2,50 euros pour 100 ml.

14 crèmes sur 17 offrent une bonne protection contre les UVA et les UVB

Sur les 17 crèmes solaires testées, 2 crèmes n’offrent pas la protection annoncée contre les rayons UVB (SPF). Ainsi, la Crème  solaire sécurité de chez Clarins n’offre en réalité qu’un indice évalué à 15 et la crème  Soin solaire lait minéral corps de chez Clinique en est à un piètre indice 10. Cette même crème de chez Clinique et le Lait solaire de chez Biosolis ne sont pas non plus à la hauteur pour ce qui est de la protection contre les UVA. Constat pour le moins préoccupant quand on sait que les UVA et UVB peuvent provoquer des cancers de la peau. Et d’ajouter que ces 3 crèmes qui ne respectent pas l’indice de protection annoncé, font partie des produits testés les plus chers.

L’histoire se répète. En effet, lors du test portant sur les crèmes à indice de protection 50+ en mai 2016, l’organisation de consommateurs avait déjà pointé deux produits qui offraient une protection insuffisante contre les UVA. La Ministre De Block en avait été informée. Test-Achats continue donc à s’interroger sur la manière selon laquelle les mentions de protection contre les UVB (SPF) et UVA sont contrôlées par les autorités.

 

Les mentions « hypoallergénique » et « testé dermatologiquement » sont peu fiables

Plus de la moitié des crèmes testées, soit 9 crèmes, présentent des allergènes potentiels dans leur liste d’ingrédients. Trois d’entre elles vont jusqu’à utiliser des ingrédients jugés peu sûrs en Europe ou qui pourraient perturber notre taux d’hormones. La preuve une fois de plus que ces mentions à priori rassurantes comme « testé dermatologiquement » ou « hypoallergénique » et affichées à tour de bras sur les produits, sont peu fiables. Test-Achats s’inquiète de ces mauvais résultats qualitatifs et en a fait part tant aux fabricants concernés qu’à la ministre De Block. Lors du test d’utilisation à l’aveugle, toutes les crèmes ont été perçues par les membres du panel comme collantes et grasses.

Test-Achats plaide pour une TVA à 6% sur la crème solaire

Test-Achats rappelle l’importance d’une application très régulière et en quantité suffisante de crème solaire et ce, lors de chaque exposition au soleil. La crème peut dater de l’année dernière puisque le dernier test mené tout récemment, confirme que la protection contre les uv B et les uv A est maintenue plus longtemps que le délai conventionnel d’un an après ouverture. L’occasion aussi pour l’organisation de consommateurs de plaider pour un abaissement à 6% de la TVA sur ces produits qu’on ne peut décidément pas qualifier de produits de luxe. Une lettre a été adressée en ce sens au ministre Van Overtveldt en charge des finances.

Consultez notre dossier “Bronzer avec sagesse” sur www.testachats.be/soleil

Pour plus d’info par rapport à notre comparaison Crèmes solaires SPF30 : www.test-achats.be/comparercremesolaire