Test-Achats tient à vous informer que notre site Web utilise ses propres cookies ainsi que ceux de tiers pour mesurer et analyser la navigation de nos utilisateurs afin de fournir des produits et services susceptibles de vous intéresser. En utilisant notre site, vous acceptez cette politique et consentez à l'utilisation de cookies. Vous pouvez modifier les paramètres ou obtenir plus d'informations ici.

Environnement numérique

Des consommateurs à la rencontre de Facebook ? Enjeux et questions !

10 avr. 2018

Ce mercredi 11 avril,  Test Achats ainsi que ses organisations sœurs AltroConsumo (Italie), OCU (Espagne), Deco Proteste (Portugal) et Proteste (Brésil) (regroupées au sein d’Euroconsumers), rencontreront Facebook pour discuter du récent scandale Cambridge Analytica. Le but de cette rencontre : obtenir de engagements clairs en faveur des consommateurs.

www.mesdonnees.be

 #Mydataismine

Mise en demeure du 22 mars dernier ...

Après l’éclatement du scandale, Test Achats et ses organisations sœurs ont immédiatement envoyé une mise en demeure formelle à Facebook afin de savoir si des consommateurs de leurs pays respectifs étaient concernés, pour demander quelles mesures le réseau social comptait prendre pour éliminer les conséquences et les risques pour les consommateurs et pour s’assurer qu’il garantisse l’application et le respect des droits des consommateurs. Mais également pour savoir de quelle façon Facebook comptait indemniser les consommateurs pour l’utilisation abusive de leurs données. Ces sujets seront évidemment au centre des discussions de demain avec Facebook.

 

Consommateur maître à bord !

Mais ce scandale va plus loin que cela. Cambridge Analytica est le symptôme d’un système bien plus large qui doit être revu et corrigé : celui qui permet que des données soient collectées et partagées avec des tiers sans que les consommateurs ne le sachent et sans rien percevoir en retour. Les organisations de consommateurs ont un message clair pour Facebook : les données  des consommateurs leur appartiennent à eux, et rien qu’à eux.

 

Cela justifie d’une part que les consommateurs aient, à tout moment, le contrôle de leurs données et qu’ils sachent exactement pour quelles fins celles-ci sont utilisées. Les organisations des consommateurs insistent dès lors auprès de Facebook pour qu’elle offre le plus rapidement possible à ses utilisateurs les outils pour qu’ils soient les seuls réels managers de leurs données. Pour qu’ils puissent vraiment décider où, quand et qui aura accès à leurs données, le moment où ils ne veulent plus les partager et récupérer leurs données.

 

Cela justifie d’autre part que les consommateurs perçoivent un juste retour de la valeur créée par les sociétés utilisant leurs données. Le scandale Cambridge Analytica a clairement montré à quel point ces données sont précieuses. Mais jusqu’à présent, les consommateurs n’obtiennent que peu de choses en retour.

 

My Data Is Mine !

Nous ne pensons pas que cette affaire doive être traitée comme un simple problème lié à Cambridge Analytica. Les données sont devenues des ressources essentielles pour la croissance économique, la création d’emplois et le progrès social. Mais l’exploitation de ces données ne doit pas s’opposer à une protection adéquate de la vie privée des consommateurs. Nous pensons que l’économie des données ne peut fleurir que si les consommateurs sont mis au centre de celle-ci. Il est temps de trouver des solutions structurelles pour que tout l’écosystème puisse bénéficier des évolutions technologiques, et pas seulement les entreprises.