Pourquoi utilisons-nous des cookies? Nous utilisons des cookies propres et des cookies tiers pour améliorer la qualité de la navigation, personnaliser les contenus, développer des statistiques, diffuser des annonces adaptées à vos préférences et faciliter votre interaction avec vos réseaux sociaux. Pour ce faire, nous traitons des données personnelles telles que, par exemple, vos données de navigation. Si vous continuez à naviguer sur notre site, vous acceptez nos cookies. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur notre politique de cookies ou annuler tous ou partie des cookies, cliquez ici

Etiquetage alimentaire

Produits "artisanaux" encore trop souvent trompeurs

28 mars 2019

"Façon grand-mère", "Recette artisanale"… Derrière ces propositions alléchantes se cachent encore trop souvent des arômes, émulsifiants, conservateurs, épaississants, colorants que Mamie n’a pourtant  jamais utilisés dans sa cuisine. Pourtant, n'est pas "artisanal" qui veut. Les lignes directrices édictées en Belgique fin 2017 suite aux dénonciations de Test Achats en février 2017, établissent trois critères : qualité des ingrédients, processus de fabrication et échelle de l’entreprise. Un an après la mise en place de ces lignes directrices, Test Achats a voulu savoir s’il y a ou non une évolution positive. L’association de consommateurs a porté son attention sur quelques produits présentés comme artisanaux afin de vérifier s’ils respectent les lignes directrices. Après analyse des étiquettes, Test Achats a constaté que mieux vaut ne pas (encore ?) se fier à ce type d’allégations. Si la situation a déjà bien évolué, trop d'emballages arborent encore des descriptions trompeuses. Test Achats plaide donc pour un cadre plus strict.

Trop de dénominations non réglementées

Mais comment se fait-il que des "madeleines à l’ancienne" composées d’ingrédients industriels se retrouvent encore dans le caddie des consommateurs ?

D’abord, parce que seule l'utilisation du terme "artisanal" est encadrée. Or, comme toujours, tout se joue dans les nuances. Les descriptions évocatrices comme "gaufres grand-mère", "oignons à l’ancienne", "pain de viande traditionnel", ne sont pas visées par ces règles.

Ensuite, parce que l’utilisation d’images ou de logos qui ont pour objectif d’invoquer le savoir-faire d’autrefois n'est pas non plus réglementée. Pourtant, interrogés à ce sujet par Test Achats, 71% des répondants trouvent que non seulement les termes, mais aussi les images peuvent être trompeurs si le produit contient des ingrédients industriels. 32% de ces mêmes répondants vont jusqu’à estimer qu’un artisan ne peut pas vendre ses produits en grande distribution en conservant le terme "artisanal".

Enfin, le caractère non contraignant de ces règles belges a ses limites, vu leur méconnaissance volontaire ou non de la part des fabricants étrangers qui mettent leurs produits sur notre marché belge.

Plusieurs fabricants adaptent leurs emballages

Test Achats a épinglé les emballages arborant des déclarations trompeuses et a contacté les producteurs et distributeurs pour leur faire part de ses remarques.

Un certain nombre d’entre eux se sont dits prêts à corriger ces informations. D’autres se sont engagés à y travailler. Quelques-uns s’estiment dans leur droit et disent respecter les règles existantes.

Voici 4 exemples de produits analysés et critiqués par Test Achats :

   

McCain, conscient du problème, avait déjà ajusté l’emballage de son produit McCain Homefrit. McCain a maintenant également supprimé la mention "coupe artisanale" de son site.

    

Après avoir attiré l’attention de Colruyt sur la présence de l’émulsifiant E464 dans ces croquettes, le distributeur a décidé de revoir la mention « croquettes de pomme de terre au beurre façon grand-mère ».

    

Après avoir attiré l’attention de Colruyt sur la présence de l’émulsifiant E464 dans ces croquettes, le distributeur a décidé de revoir la mention « croquettes de pomme de terre au beurre façon grand-mère ».

   

Vu la présence de colorant dans ces cornichons, Kühne a décidé de modifier ses emballages et d’enlever la mention "artisanal" sur ses nouvelles productions.

La réglementation existante doit aller nettement plus loin

65 % des répondants à l’enquête de Test Achats sont d’accord pour dire qu’il faut exiger une meilleure réglementation. Dès lors, Test Achats propose que :

  • les directives s'appliquent également aux images, photos et marques suggérant un processus artisanal de fabrication (photo d’un cuisinier, d’une grand-mère...) ; ainsi qu’aux termes tels que "façon grand-mère", "à l’ancienne", "traditionnel", "fait maison" qui font croire qu’il ne s’agit pas d’une fabrication à échelle industrielle ;
  • le critère "à petite échelle" soit défini de manière plus claire. Combien de personnes cela représente-t-il ? Quelle quantité précise de production ?
  • les contrôles soient réguliers et stricts. Et, pour ce faire, le respect des trois critères (qualité des ingrédients, processus de fabrication et échelle de l’entreprise) doit être cumulatif ; 
  • un texte européen contraignant fournisse une définition légale précise, assortie de sanctions en cas de non-respect.