Pourquoi utilisons-nous des cookies? Nous utilisons des cookies propres et des cookies tiers pour améliorer la qualité de la navigation, personnaliser les contenus, développer des statistiques, diffuser des annonces adaptées à vos préférences et faciliter votre interaction avec vos réseaux sociaux. Pour ce faire, nous traitons des données personnelles telles que, par exemple, vos données de navigation. Si vous continuez à naviguer sur notre site, vous acceptez nos cookies. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur notre politique de cookies ou annuler tous ou partie des cookies, cliquez ici

Concurrence sur le marché des télécoms

Les consommateurs demandent de l'innovation dans les télécoms et reçoivent des augmentations de prix

01 août 2019

Les préférences des consommateurs concernant l’utilisation d'Internet et de la téléphonie évoluent rapidement. Les opérateurs s'en rendent compte et finalement proposent des  packs toujours plus chers, une stratégie qui garantit en partie la rétention ou la captivité des clients. Les mesures visant à renforcer la concurrence dans le domaine des packs plus light ou de base, avec uniquement de l'internet rapide et de la téléphonie mobile se font attendre. La question du manque de concurrence dans le secteur sera relancée dans les prochains mois par Test Achats.

Depuis 2014, le marché belge des télécoms confronte ses clients à des hausses de prix deux fois par an. Cette année, les trois plus grands opérateurs de télécom demanderont à nouveau davantage pour leurs services. Cependant, le coût supplémentaire ne se traduit pas dans une meilleure offre de services ou de produits. La Belgique est à la traîne au classement concernant le bon rapport qualité/prix. L'utilisation des données mobiles est limitée par rapport aux pays voisins et les connexions internet fixes sont plus lentes.

 

La plupart des consommateurs optent souvent pour un pack car le coût supplémentaire ou la différence par rapport à un pack plus petit ou dit de base est maintenu intentionnellement bas par les opérateurs. Par conséquent, les consommateurs paient davantage pour des services dont ils n'ont pas nécessairement besoin fréquemment. En effet, les statistiques récentes de l'IBPT montrent que les clients qui disposent d'un pack all-in (tous les services fixes et mobiles auprès d’un seul et même opérateur) sont beaucoup moins susceptibles de changer d'opérateur. Ainsi, le nombre de switches de clients disposant d’un tel pack all-in en 2018 n’était que de 2,6 % (pour 5,7 % en 2017), tandis qu’il s’élevait à 17,8 % en 2018 pour un pack dual play (avec deux services).

 

Heureusement, le consommateur lui-même considère que les offres groupées des opérateurs existants sont trop chères. Le plus souvent, seul l'internet fixe est combiné avec un ou plusieurs contrats téléphoniques  mobiles. Payer pour la télévision par câble et pour une ligne téléphonique fixe n'est plus un must nécessaire pour nombre d’entre eux, et le phénomène est en croissance constante. Jusqu’à présent , les offres  des opérateurs à ces nouveaux besoins des utilisateurs ne sont pas assez intéressantes. Un premier pas dans la bonne direction est le nouveau pack Love Duo d'Orange, qui est plus de 30 % moins cher que les formules tarifaires actuelles de Telenet et Voo. Les "cable-cutters", c'est-à-dire les consommateurs qui utilisent principalement des streaming, le chat et les applications de communication, se voient proposer un prix qui leur permet d'économiser considérablement sur les coûts télécoms mensuels.

 

Il faut aussi rappeler, qu’outre la stratégie “captive” des packs, les 3 opérateurs dominants suivent une courbe d’évolution des prix similaire depuis près de 10 ans. Cela dénote d’un manque de concurrence sur lequel Test Achats se penchera concrètement dans les prochains mois.

 

Pour rappel, Test Achats donne la possibilité de changer d'opérateur via la procédure d’Easy-Switch. Les consommateurs peuvent utiliser le comparateur télécom gratuit pour voir rapidement et gratuitement quelle offre répond le mieux à leurs besoins.

 

Vers le comparateur des tarifs télécoms