Pourquoi utilisons-nous des cookies? Nous utilisons des cookies propres et des cookies tiers pour améliorer la qualité de la navigation, personnaliser les contenus, développer des statistiques, diffuser des annonces adaptées à vos préférences et faciliter votre interaction avec vos réseaux sociaux. Pour ce faire, nous traitons des données personnelles telles que, par exemple, vos données de navigation. Si vous continuez à naviguer sur notre site, vous acceptez nos cookies. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur notre politique de cookies ou annuler tous ou partie des cookies, cliquez ici

11 mai, “Journée du paiement digital” organisée par Febelfin: Test Achats réagit ...

10 mai 2019

“Le paiement digital, quoi de plus normal?”. Avec ce slogan, la fédération bancaire Febelfin lance ce 11 mai sa première “Journée des paiements digitaux”. Avec cette campagne, Febelfin et ses partenaires du secteur du commerce et des paiements souhaitent mettre en avant le paiement digital avec une carte ou un smartphone. L’objectif est que les commerçants et les professions libérales offrent d’avantage d’options de paiement digital et que les consommateurs paient également davantage de cette manière.

L’association des consommateurs Test Achats réagit favorablement à l’initiative de Febelfin. « Avec cette campagne positive, le secteur bancaire tente d’encourager les consommateurs à payer en ligne et les commerçants à accepter et à mettre en œuvre de nouveaux moyens de paiement différents du cash. Le but de cette campagne n’est pas d’éloigner les gens du cash, mais bien de les encourager à payer de manière digitale », explique Test Achats. « Malheureusement, nous devons également constater qu’une campagne négative en faveur du « cashless » ou du « less cash » plane depuis un certain temps déjà de la part des banques », ajoute Jean-Philippe Ducart, porte-parole.

 

Des tarifs plus élevés, moins de services

Test Achats observe en effet depuis plusieurs années que les changements des tarifs bancaires s’accumulent. L’intention semble claire : augmenter les prix pour orienter le client vers plus de services bancaires en ligne et le pousser vers une société sans cash où tout se fait par voie électronique. Cette année n’a pas fait exception. Depuis janvier, de nombreuses banques ont de nouveau augmenté leurs tarifs. D’une part, il y a les augmentations de prix de certaines cartes bancaires (principalement les cartes de crédit), des montants forfaitaires annuels et de toutes les opérations qui nécessitent l’intervention du personnel bancaire. D’autre part, l’association des consommateurs constate qu’il est devenu beaucoup plus coûteux d’obtenir du cash. Par exemple: la stratégie d’ING visant à soumettre les retraits d’espèces, hors réseau privatif, à des frais de 50 cents. Ou encore l’initiative de bpost banque consistant à imposer un supplément pour les retraits effectués aux guichets automatiques de la banque (une décision qui a été annulée sous pression de Test Achats et du Ministre Peeters). Parallèlement à cette évolution, les agences bancaires et les ATM disparaissent des rues et, en plus d’être plus chères, il devient donc plus difficile de retirer du cash.

 

Pétition #StopFraisBancaires

Test Achats ne pouvait laisser les consommateurs souffrir de cette évolution, qui a été imposée trop rapidement et de manière agressive via les mesures unilatérales du secteur. Une enquête récente de Test Achats montre qu’un consommateur sur trois utilise du cash pour au moyen la moitié de ses paiements. C’est pourquoi Test Achats, à travers sa pétition (https://www.test-achats.be/stopfraisbancaire), préconise les points suivants:

 

  • Retraits cash gratuits aux guichets automatiques de la banque et cinq retraits mensuels gratuits aux guichets automatiques de banques concurrentes ;
  • Un compte gratuit dans chaque banque pour les consommateurs qui veulent tout faire en ligne ;
  • Conservation des relevés de compte dans chaque banque pendant 10 ans ;
  • La création d’une plateforme de réflexion sous la supervision de la Banque nationale, où les consommateurs et les représentants du secteur financier peuvent réfléchir sur l’avenir des services financiers.