Pourquoi utilisons-nous des cookies? Nous utilisons des cookies propres et des cookies tiers pour améliorer la qualité de la navigation, personnaliser les contenus, développer des statistiques, diffuser des annonces adaptées à vos préférences et faciliter votre interaction avec vos réseaux sociaux. Pour ce faire, nous traitons des données personnelles telles que, par exemple, vos données de navigation. Si vous continuez à naviguer sur notre site, vous acceptez nos cookies. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur notre politique de cookies ou annuler tous ou partie des cookies, cliquez ici

Concurrence sur le marché des télécoms

Tarifs Proximus : augmentations, 3 ans de suite !

06 nov. 2019

Duopole résiste et persiste ...

Au 1er janvier 2020, la plupart des abonnés Proximus subiront la 3ème augmentation de suite. Comme d’autres opérateurs sur le marché (Telenet, Voo, ...), l’opérateur historique peut se permettre d’augmenter ses tarifs sans scrupules et avec assez peu de justification. Test Achats incite les consommateurs à comparer encore plus et demande aux autorités de prendre des mesures pour atténuer les effets négatifs du duopole actuel.

Tous touchés : forfaits populaires, bouquets TV, téléphonie fixe, etc.

Peu d’abonnés Proximus échappent à ces augmentations imposées à partir du 1er janvier. Quelques exemples :

  • Les forfaits Tuttimus, Minimus et Familus augmentent de nouveau de 1€ à 1,5 € par mois. Le forfait Familus en 2016 coûtait 67€/mois. Il coûtera au 1er janvier 2020 70,50€/mois, ...
  • Certains bouquets TV vont augmenter jusqu’à 2€/mois ;
  • La téléphonie fixe va également augmenter de 0,50€ pour les forfaits mensuels et de près de 2€cents/appel ou connection, y compris le fameux tarif social.

Justification ? Un duopoliste ne doit pas donner d’explications ...

Officiellement, pas d’explications à ces nouvelles hausses... Mais est-ce encore nécessaire ? En slalomant entre indexation, inflation, investissements, l’opérateur peut utiliser n’importe quel prétexte pour augmenter pour la 3ème fois de suite ses principaux tarifs. Par contre jamais un mot sur le dividende versé chaque année à son principal actionnaire. Pourtant, l’opérateur télécom distribue 95 % de ses profits, ce qui correspond à 513 millions pour l’exercice 2018. Seule une situation de monopole ou de duopole permet des hausses successives de cette ampleur. Le régulateur travaille actuellement à fixer les tarifs de gros (payés par les alternatifs aux opérateurs de réseaux) qui doivent entrer en vigueur en 2020, pour 3 ans. On croise les doigts pour qu’ils soient suffisamment compétitifs et attirent la concurrence.

Le rôle de l’Etat ...

A la vue de cette évolution, on doit constater le manque de concurrence et de régulation. Même si le régulateur promet des mesures, le retard occasionné sur le marché belge a permis aux opérateurs de réseaux de prendre une avance considérable. Et d’engranger des bénéfices plantureux sur le dos des consommateurs. Pendant ce temps, l’Etat belge, principal actionnaire de Proximus, joue un drôle de rôle depuis des années, avec à la clé un conflit d’intérêt très coûteux pour le consommateur. La solution: ou bien l’Etat belge sort (le cas échéant progressivement) pour lever ce conflit et clarifier une situation malsaine, soit il réinvestit le dividende dans l’infrastructure et les réseaux pour améliorer l’accès technique et financier. 

En attendant ... www.testachats.be/telecom

Sur le site de Test Achats, vous trouverez les détails des augmentations avec leur impact sur la facture de l’abonné Proximus mais aussi de premières comparaisons qui démontrent des différences jusqu’à 50% avec des formules alternatives. A noter que certaines formules parmi les moins chères se retrouvent auprès de la filiale low-cost de Proximus ! Quand on veut, on peut ...

Test Achats incite et permet la comparaison sur son site www.testachats.be/telecom.