Pourquoi utilisons-nous des cookies? Nous utilisons des cookies propres et des cookies tiers pour améliorer la qualité de la navigation, personnaliser les contenus, développer des statistiques, diffuser des annonces adaptées à vos préférences et faciliter votre interaction avec vos réseaux sociaux. Pour ce faire, nous traitons des données personnelles telles que, par exemple, vos données de navigation. Si vous continuez à naviguer sur notre site, vous acceptez nos cookies. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur notre politique de cookies ou annuler tous ou partie des cookies, cliquez ici

Produits pharmaceutiques

Trop laxiste avec les autotests

26 nov. 2019

Les autotests de dépistage du VIH et du cancer du côlon sont en vente libre  dans les pharmacies, mais ne sont pas fournis avec les nuances et les informations nécessaires. C'est ce que conclut Test d'achat après une visite sous couvert de l’anonymat dans 101 pharmacies belges. Dans sept situations sur dix, les autotests ont été délivrés sans que le pharmacien ne pose suffisamment de questions ou ne donne assez de renseignements exacts. Etant donné que le VIH et le cancer du côlon sont des maladies graves, ces manquements peuvent avoir de graves conséquences pour le patient. Pour l’association de consommateurs, les pharmaciens sont avant tout des prestataires de soins de santé plutôt que des vendeurs, et l'information et les conseils donnés doivent être prioritaires.

Autotests

En ce qui concerne l’enquête sur les autotests, Test Achats n’en est pas à son coup d’essai. En 2018, l’association de consommateurs a réalisé une étude sur la qualité et la fiabilité d'un certain nombre d'autotests médicaux disponibles sur le marché. Conclusion ? Sur les 14 autotests analysés, 5 ont été déconseillés et 6 ont été jugés d’une utilité contestable. Seuls les tests de grossesse et deux autres autotests, l'un pour le VIH et l'autre pour le cancer du côlon chez les personnes de plus de 50 ans, méritaient une place dans la pharmacie, selon Test Achats. Entre-temps, quatre des tests examinés à l'époque ont été retirés du marché (trois d'utilité douteuse et un déconseillé).  Depuis fin 2016, les autotests, qui n'étaient auparavant disponibles que sur internet, sont également disponibles dans les pharmacies. Cela leur confère inévitablement une certaine crédibilité.

 

Mystery shopping

Des autotests fiables ne sont pas uniquement utiles si les bonnes questions sont posées au patient, mais également si l'interprétation du résultat est correcte. Pour vérifier cela, Test Achats a envoyé des clients mystères vers 101 pharmacies belges. Dans le premier scénario, une dame de 54 ans s'est rendue dans 51 pharmacies belges pour demander un autotest pour le cancer du côlon; dans le second cas, un homosexuel de 25 ans a visité 50 autres pharmacies parce qu'il aurait eu des relations à risques la nuit précédente. Que constate-t-on? Sept tests de dépistage du VIH ou du cancer du côlon sur dix sont vendus sans poser au patient toutes les questions pertinentes ou sans lui donner suffisamment d'informations précises sur la façon dont le test devrait être effectué ou interprété. Selon l'organisation de consommateurs, il peut y avoir de sérieux risques associés à cette situation.

 

Guide des bonnes pratiques

En 2009, l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) a élaboré, sur base de la législation applicable, un guide des bonnes pratiques pour les pharmaciens dans lequel l'Agence a écrit à quel point il est essentiel de disposer d'informations adéquates lors de la vente de médicaments ou, dans ce cas, d'autotests sans ordonnance. Cela a également été souligné en 2018 par l’Association Pharmaceutique belge (APB) dans le cadre des autotests. Ceci afin de permettre au patient de prendre les bonnes décisions en fonction du résultat du test. En outre, le Guide de bonnes pratiques vise à orienter le patient vers un espace privé afin de discuter de cette question sensible avec le pharmacien en toute confiance et sans embarras. Les résultats sont étonnants : aucun des pharmaciens n'a pris nos enquêteurs à part, pas même quand il y avait d'autres clients dans la pharmacie. Il reste donc encore du travail à faire dans ce domaine également.

"Il est décevant de devoir conclure, sur base de  notre enquête, que la pratique est différente de ce que l'AFMPS et l'APB avaient à l'esprit, et s'écarte de ce que l'on peut attendre des pharmaciens qui devraient être avant tout des prestataires de soins plutôt que des vendeurs", déclare Julie Frère, porte-parole de Test Achats.

 

Indicateurs de qualité

Test Achats avertit que ce manque d'engagement peut avoir de graves conséquences pour le patient et invite l'AFMPS à contrôler les services fournis en pharmacie à l’aide d'indicateurs de qualité, comme c'est déjà le cas aux Pays-Bas. Les résultats des différents pharmaciens peuvent être consultés sur le site de Test Achats via www.testachats.be/autotests