Pourquoi utilisons-nous des cookies? Nous utilisons des cookies propres et des cookies tiers pour améliorer la qualité de la navigation, personnaliser les contenus, développer des statistiques, diffuser des annonces adaptées à vos préférences et faciliter votre interaction avec vos réseaux sociaux. Pour ce faire, nous traitons des données personnelles telles que, par exemple, vos données de navigation. Si vous continuez à naviguer sur notre site, vous acceptez nos cookies. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur notre politique de cookies ou annuler tous ou partie des cookies, cliquez ici

Belfius s'aligne sur les mauvaises pratiques de BNP. TA exige un standstill et des mesures claires

07 févr. 2020

Frais bancaires: Belfius s'aligne sur les mauvaises pratiques de BNP Paribas Fortis. Test-Achats exige un gel des tarifs bancaires et des mesures claires pour l’avenir, dont un élargissement du service bancaire de base.

Depuis février 2019, Test Achats alerte l’opinion publique et interpelle les autorités sur les questions d’une société “cashless”, de la digitalisation des services bancaires et de l’augmentation des frais, principalement des opérations dites « manuelles”.

 

Parallèlement à la diminution du nombre d’agences et de distributeurs, une nouvelle forme de discrimination est apparue à l’occasion de la digitalisation des services bancaires. Tous les moyens sont bons  pour dissuader les clients d’effectuer ou de faire effectuer des opérations dites manuelles : impression d’extraits de compte rendue inaccessible et leur envoi à domicile devenant plus coûteux, retraits plus fréquemment et plus lourdement tarifés , virements papier de plus en plus chers, ... Cette situation met les clients devant le fait accompli, tout particulièrement les personnes moins aguerries à la banque par ordinateur ou sur mobile ou celles qui ne disposent pas de l’équipement nécessaire. Elles sont extrêmement nombreuses. Pour elles, les banques semblent n’avoir qu’un projet : imposer une tarification rampante et en constante augmentation.

 

C’est la raison pour laquelle Test Achats s’est mise en guerre contre ces pratiques. En février 2019, Test Achats a lancé une pétition (www.testachats.be/stopfraisbancaires) qui a déjà réuni près de 23.000 personnes, insatisfaites de cette tendance à décourager, voire à exclure certains clients.

 

Et comme si ce n’était pas encore suffisant, Belfius annonce une nette augmentation au 1er avril du coût de la plupart de ses comptes et des retraits aux ATM (presque tous ses clients, digitalisés ou non, seront impactés) ainsi que du prix des virements papier qui passeront de 1,25 € à 2 €. Pour Test Achats, c’est d’autant plus choquant que la banque a un profil public et qu’elle continue de verser des dividendes importants à son actionnaire principal qu’est l’Etat belge. Test Achats demande le retrait de la mesure à la Ministre Muylle.

 

De manière plus large, vu les circonstances, vu l’ampleur du phénomène, Test Achats ne peut accepter que cette évolution se fasse au détriment des consommateurs, de manière agressive, à l’aide de mesures unilatéralement imposées par le secteur bancaire… Voilà pourquoi TA exige :

  • L’adaptation et l’extension du service bancaire de base pour faire face à l’évolution unilatérale et trop brutale de la digitalisation
  • Le retrait de la nouvelle augmentation prévue chez Belfius et le gel des tarifs bancaires jusqu’à adaptation d’un nouveau service bancaire de base (voir infra).
  • Retraits gratuits aux automates de son propre réseau et 5 retraits gratuits par mois aux automates des réseaux des banques concurrentes.
  • Un compte gratuit dans chaque banque, disponible pour les clients qui souhaitent tout faire eux-mêmes sur internet.
  • La mise à disposition pendant 10 ans (délai légal de prescription) des extraits de compte dans chaque banque.
  • La mise en place d’une plateforme de réflexion sous l’égide de la Banque Nationale au sein de laquelle les consommateurs et le secteur peuvent réfléchir à l’avenir du service bancaire.

 

Test Achats demande aujourd’hui à la Ministre N. Muylle de se pencher sur ces revendications et de se mettre au travail sans délai car les pratiques des banques s’accélèrent et ont déjà fait de nombreux dégâts.