Pourquoi utilisons-nous des cookies? Nous utilisons des cookies propres et des cookies tiers pour améliorer la qualité de la navigation, personnaliser les contenus, développer des statistiques, diffuser des annonces adaptées à vos préférences et faciliter votre interaction avec vos réseaux sociaux. Pour ce faire, nous traitons des données personnelles telles que, par exemple, vos données de navigation. Si vous continuez à naviguer sur notre site, vous acceptez nos cookies. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur notre politique de cookies ou annuler tous ou partie des cookies, cliquez ici

Test Achats veut alléger la facture d'électricité et propose un tax shift énergétique !

20 oct. 2020

De grandes différences entre consommateurs

 

Les factures d’électricité diffèrent grandement entre consommateurs et ces différences ne répondent souvent pas aux attentes. En effet, selon la dernière étude de Test Achats, les “petits” consommateurs d’énergie paient parfois jusqu’à 20 fois plus cher la partie non énergétique de la facture qu’un plus “gros” consommateur connecté au réseau haute tension. Certains citoyens paient même jusqu'à 250 euros de plus qu’un autre, habitant la commune voisine. L'organisation des consommateurs exhorte les responsables politiques à mener une réforme en profondeur qui réduise la facture d'électricité à l'essentiel : l'électricité, son transport et sa distribution. Test Achats invite également le citoyen à prendre part à la réflexion sur des modes de financement alternatifs en complétant le formulaire...

#myenergybillisnotataxsheet

Parmi les plus chers d'Europe

La facture d'électricité belge est parmi les plus chères d’Europe : chaque année, une famille belge paie jusqu'à 245 euros de plus que la moyenne européenne. Une somme qui n’est pas due au prix de la composante énergétique mais bien à l’augmentation des tarifs de  réseau, des cotisations et des taxes. Depuis 2007, on relève une augmentation de près de 66% de la facture, selon les chiffres de la CREG. "Il est frappant de constater que les consommateurs se dressent en masse contre toute augmentation des taxes, mais qu’ils continuent dans le même temps, à fermer les yeux sur les taxes qui leur sont prélevées subrepticement et avec parcimonie via une facture d’énergie qui est loin d’être équitable.”, déclare Jean-Philippe Ducart, porte-parole et Manager Public Affairs & Media Relations chez Test Achats. "Les électrons représentent environ 25 % de la facture d'électricité, le reste étant des coûts facturés par les gestionnaires deu réseaux ou par le gouvernement. Ce sont des dépenses sur lesquelles le consommateur n'a aucun contrôle", ajoute-t-il.

Test Achats a enquêté sur les principaux responsables de ces coûts et a constaté que non seulement le lieu de résidence est un critère déterminant, mais aussi que les grands consommateurs d'énergie (les entreprises) bénéficient de nombreux avantages et rabais qui sont compensés par la facture salée des petits consommateurs.

De grandes différences entre les opérateurs de réseau

La Flandre et la Wallonie comptent toutes deux une dizaine de zones de réseau, chacune ayant ses propres tarifs de distribution. Selon le lieu de résidence, le consommateur paye un coût de réseau différent pour la même consommation. Il existe ainsi de grandes différences entre les régions. Par exemple, les foyers de la région de Verviers ou de Courtrai sont les plus mal lotis puisqu’ils paient jusqu'à 250 euros de plus par an que leurs compatriotes résidant à Bruxelles. On constate également de grandes différences au sein d’une même région : une famille de Hooglede, par exemple, paie 220 euros de moins par an qu'une famille de même taille avec la même consommation mais résidant à Staden, qui est située dans une autre zone de réseau.

De grandes différences entre les clients

Le lieu de résidence n’est cependant pas le seul critère à entrer en jeu. Test Achats constate que les petits consommateurs d’énergie tels que les consommateurs, les bureaux à domicile et les PME paient remarquablement plus que les gros consommateurs. Dans la zone de réseau de Gaselwest en Flandre occidentale, par exemple, une famille doit dépenser 201 euros par an pour 1 000 kWh. Pour le même service, un très gros client dans la même zone du réseau paie la somme dérisoire de 9,78 euros. Il est ainsi clair que dans certaines zones, les coûts plus faibles pour les grands consommateurs sont compensés par des coûts plus élevés pour les ménages. La Flandre, en particulier, est bon marché par rapport à Bruxelles et à la Wallonie en ce qui concerne les coûts supportés par les grands consommateurs. "Que les gros consommateurs ne paient pas le même tarif que les consommateurs est compréhensible puisque leur consommation est beaucoup plus élevée, mais cette différence a atteint aujourd’hui un taux trop important", indique l’organisation de consommateurs.

Test Achats souligne, par exemple, que la cotisation énergie (1,92 €/MWh) est payée uniquement par les clients basse tension et non par les entreprises sur les réseaux à moyenne ou haute tension. En outre, des rabais allant jusqu'à 45 % sont accordés aux gros consommateurs en ce qui concerne la cotisation  fédérale pour l'électricité ou le financement des parcs éoliens offshore. Pour la contribution à l'électricité verte et le soutien aux énergies renouvelables, il existe même des réductions allant jusqu'à 98 % pour les plus grands consommateurs d'énergie.

Plus transparent, abordable et équitable

Les différences révélées par cette étude de Test Achats ne peuvent être acceptées  par les consommateurs puisqu’elles affectent grandement leur pouvoir d’achat. L'organisation de consommateurs demande une plus grande uniformité des tarifs de réseau par région et une révision des rabais dont bénéficient actuellement les grands consommateurs au détriment des petits.  Test Achats souligne que certains frais de fonctionnement n'ont pas leur place dans la facture et demande que les taxes, les prélèvements ou le financement des mécanismes de subvention soient retirés de la facture. Celle-ci doit être réduite à l'essentiel : l'électricité, son transport et sa distribution.

L'organisation de consommateurs demande aux différentes autorités de travailler sur un mode de financement alternatif. Si les subventions, taxes ou les obligations de service public sont retirées de la facture d'électricité, elles doivent être financées d'une autre manière : soit l'argent doit être prélevé sur les ressources générales, soit une taxe à la consommation peut être introduite sur les produits et les biens ayant un impact négatif sur l'environnement, qui peut ensuite être utilisée pour financer l'électricité verte et les énergies renouvelables.

Des pistes, un tax shif “énergétique” soumis au vote par Test Achats

L’organisation de consommateurs souhaite également donner la parole aux consommateurs et les invite donc à partager leur opinion sur les alternatives de financement de la transition énergétique. Test Achats prône un tax shift énergétique mais ses modalités peuvent varier, raison pour laquelle les citoyens peuvent s’exprimer via le sondage mis en place sur la plateforme énergie.