Pourquoi utilisons-nous des cookies? Nous utilisons des cookies propres et des cookies tiers pour améliorer la qualité de la navigation, personnaliser les contenus, développer des statistiques, diffuser des annonces adaptées à vos préférences et faciliter votre interaction avec vos réseaux sociaux. Pour ce faire, nous traitons des données personnelles telles que, par exemple, vos données de navigation. Si vous continuez à naviguer sur notre site, vous acceptez nos cookies. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur notre politique de cookies ou annuler tous ou partie des cookies, cliquez ici

Test Achats s’oppose à des mesures définitives pour les paiements sans contact

07 avr. 2020

En réponse à la crise corona, le secteur bancaire a annoncé hier le relèvement des seuils pour les paiements sans contact. D’ici au 14 avril, les clients ne devront saisir leur code PIN que lorsqu'ils paieront plus de 50 euros contre 25 euros actuellement. Bien que Test Achats ne s’oppose pas à la mesure, l’organisation insiste néanmoins pour que - contrairement à ce que demandent certains - le relèvement de ces seuils soit limité à la durée de la crise.

Relèvement des seuils pour les paiements sans contact

Hier, Febelfin, l'organisation qui chapeaute les banques belges, a annoncé l'extension des paiements sans contact et sans code PIN pour des raisons d'hygiène. En effet, le fait de toucher le terminal pour entrer le code lors du paiement des courses, peut augmenter le risque de contamination. Jusqu'à présent, il n'était possible d'effectuer des paiements sans contacts que jusqu'à 25 euros par transaction. En outre, le montant cumulé des opérations sans contacts successives ne pouvait pas dépasser 50 euros. Une fois atteint ce montant, il fallait introduire son code pin. À partir du 14 avril, les banques porteront ces limites à respectivement 50 et 100 euros.

Risque en cas d’absence d’authentification forte

La directive PSD2 a récemment consacré le principe de l’authentification forte du consommateur pour protéger ce dernier des cas de fraude. En effet, si le consommateur doit confirmer que c’est bien lui qui paie, par exemple au moyen de son code PIN, la fraude devient beaucoup plus difficile. Les paiements sans contact ne sont pas soumis à cette exigence, ce qui rend parfaitement possible qu'une autre personne effectue des paiements avec une carte volée ou perdue sans en connaître le code. C'est précisément en raison de ce risque qu’une limite de 25 euros par transaction a été fixée.  "Dans les circonstances actuelles, nous pouvons comprendre le souhait d’augmenter les seuils de paiement, mais il ne faut pas oublier qu'une telle augmentation attirera probablement fraudeurs et escrocs", signale Test Achats.

Durée limitée de la mesure

Certains, dont Unizo, demandent que le relèvement des seuils de paiement soient définitivement actés. Test Achats s’oppose à cette demande. En effet, bien que les banques soient tenues de totalement rembourser un consommateur qui conteste avoir effectué un paiement sans contact, cela ne suffit pas à supprimer les conséquences de la fraude pour lui. En effet, il faudra d’une part, qu’il s’en aperçoive ce qui nécessite d’avoir ses extraits et de les consulter régulièrement. Et ensuite qu’il introduise une réclamation auprès de sa banque et la suive jusqu’au remboursement. Rien ne permet d’affirmer que cela se fera sans encombre. « Nous demandons dès lors que ce relèvement des seuils de paiement soit prévu de façon temporaire, le temps que dure la crise liée au Covid-19 » affirme Julie Frère, porte-parole de Test Achats, qui ajoute que « c’est d’ailleurs en ce sens qu’ont tranché les différents pays tels que l’Espagne, l’Allemagne ou les Pays-Bas, qui ont adopté la même mesure ».