Pourquoi utilisons-nous des cookies? Nous utilisons des cookies propres et des cookies tiers pour améliorer la qualité de la navigation, personnaliser les contenus, développer des statistiques, diffuser des annonces adaptées à vos préférences et faciliter votre interaction avec vos réseaux sociaux. Pour ce faire, nous traitons des données personnelles telles que, par exemple, vos données de navigation. Si vous continuez à naviguer sur notre site, vous acceptez nos cookies. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur notre politique de cookies ou annuler tous ou partie des cookies, cliquez ici

L’encens, aussi nocif qu’une cigarette selon Test Achats

28 janv. 2020

Naturel", "énergie positive", "purifiant": les bâtonnets ou les cônes d’encens revendiquent de bien belles propriétés et sont souvent associés à la zénitude et au bien-être.

Pourtant, qu’ils soient naturels ou synthétiques, une fois allumés, ces encens diffusent dans la maison, en plus de leur odeur agréable, toutes sortes de substances indésirables, parfois très nocives. Certaines, comme le benzène et le formaldéhyde, sont même cancérogènes. Le naphtalène libéré lors de la combustion est lui aussi considéré comme cancérogène par le Centre international de recherche sur le cancer. Les particules fines émises sont nocives pour la respiration, tandis que l’acroléine possède un fort pouvoir irritant. Enfin, les encens dégagent aussi du monoxyde de carbone. Toutes ces émissions peuvent entraîner des maux de tête, des vertiges, des nausées et une irritation des yeux et des poumons.

Test Achats a sélectionné dans la vaste offre d’encens un échantillon de produits vendus en ligne et en magasin et a vérifié en laboratoire si des substances toxiques se libéraient quand on les allumait. Le résultat est éloquent. Une fois allumé, chacun des encens libère un tas de saletés dans l’air. Les émissions de benzène, de formaldéhyde, d’acroléine et de monoxyde de carbone sont particulièrement préoccupantes. Fondamentalement, il n’y a guère de différence entre allumer ces produits et fumer dans la maison.

Test Achats avait déjà alerté les autorités à ce sujet lors de son premier test en 2004, puis en 2013. Ces actions avaient mené à l’adoption de normes européennes pour la méthodologie des tests de produits de combustion (encens, bougies…) et l’interprétation des résultats, que les fabricants se sont engagés à respecter.

Malheureusement, 6 ans plus tard, force est de constater que la pollution intérieure reste un grave problème de santé publique. Sur base des résultats de son analyse, Test Achats demande à la Ministre De Block le retrait immédiat du marché de 8 encens. De manière générale, l’organisation demande l’interdiction de la vente d’encens aux personnes de moins de 18 ans comme c’est le cas pour les cigarettes ainsi que l’interdiction de la publicité pour ces produits. Elle exige également un meilleur étiquetage et des actions d’information vers la population.