Pourquoi utilisons-nous des cookies? Nous utilisons des cookies propres et des cookies tiers pour améliorer la qualité de la navigation, personnaliser les contenus, développer des statistiques, diffuser des annonces adaptées à vos préférences et faciliter votre interaction avec vos réseaux sociaux. Pour ce faire, nous traitons des données personnelles telles que, par exemple, vos données de navigation. Si vous continuez à naviguer sur notre site, vous acceptez nos cookies. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur notre politique de cookies ou annuler tous ou partie des cookies, cliquez ici

Hausse des frais bancaires : Test Achats demande le gel de tarifs

06 janv. 2021

Après notamment BNP Paribas Fortis, ING et même le traditionnel « casseur de prix » Argenta, c’est maintenant au tour de KBC d’annoncer différentes augmentations de ses tarifs à partir du 1er avril.

Le prix du « compte KBC Plus » (80% de la clientèle est visée) grimpe de 30% ! La cotisation mensuelle passe de 2.50€ à 3.25 €.  Le « compte à vue » lui, passe de 1.75€/mois à 2€/mois.

Mais ce sont surtout les personnes qui ne souhaitent pas, ou ne sont pas en mesure, de suivre le train digital qui se voient à nouveau pénalisées : les transactions manuelles (un virement papier par exemple) non comprises dans le forfait coûteront 2 € au lieu de 1,50 €.  Mais ce n’est pas tout : KBC a aussi décidé de désactiver la fonction impression dans ses self banks, sous prétexte que moins de clients l’utilisent. Si un client tient vraiment à des extraits de compte en version papier, la banque les lui enverra dorénavant par la poste… mais à un tarif sévèrement majoré ! C’était 1,70 € par envoi mensuel pour le compte à vue et gratuit pour le compte épargne. Ce sera désormais 2,5 € par mois pour chaque compte ouvert à la banque. Autrement dit, le titulaire d’un compte à vue et d’un compte épargne qui a l’habitude de conserver ses justificatifs sur papier verra ses coûts majorés de presque 300 % sans service supplémentaire. 

KBC se justifie comme ses concurrentes : le développement de l’offre numérique implique d’importants investissements qui fatalement ont des répercussions sur les tarifs. Mais pour l’organisation de consommateurs, c’en est trop. « Nous regrettons vivement que les banques n’aient pas à cœur de maintenir une offre adaptée à ceux qui ne peuvent pas ou ne souhaitent pas profiter de cette digitalisation galopante » déclare Julie Frère, porte-parole de Test Achats qui ajoute que « le compte à vue est un service essentiel et les opérations courantes devraient rester commodes et très abordables pour tous ». Partant du constat que les hausses de prix se suivent et se ressemblent, et que rien n’a été mis en place pour ne pas laisser au bord de la route plusieurs centaines de milliers de personnes, Test Achats demande dès lors aux Ministres Dermagne et Van Peteghem de geler les tarifs à partir du 1er février. Ce gel devrait être effectif jusqu’à la mise en place d’un élargissement du service bancaire de base afin que tous ceux qui ne fonctionnent pas de manière numérique puissent disposer d’un compte leur permettant de gérer leurs avoirs de manière autonome et à un prix très raisonnable. Ce compte comprendrait un nombre d’opérations dites manuelles à déterminer et les extraits papier gratuitement à disposition en agence ou au tarif postal si expédiés.

La pétition lancée par Test Achats en ce sens a déjà récolté près de 28000 signatures et sera remise prochainement aux Ministres Dermagne et Van Peteghem.