Pourquoi utilisons-nous des cookies? Nous utilisons des cookies propres et des cookies tiers pour améliorer la qualité de la navigation, personnaliser les contenus, développer des statistiques, diffuser des annonces adaptées à vos préférences et faciliter votre interaction avec vos réseaux sociaux. Pour ce faire, nous traitons des données personnelles telles que, par exemple, vos données de navigation. Si vous continuez à naviguer sur notre site, vous acceptez nos cookies. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur notre politique de cookies ou annuler tous ou partie des cookies, cliquez ici

Santé

Antibiorésistance : Test-Achats applaudit le vote du Parlement européen

10 mars 2016

L’augmentation de la résistance aux antibiotiques prend de dangereuses proportions partout dans le monde. Dans la seule Union européenne, on estime que les bactéries pharmacorésistantes sont responsables chaque année de 25 000 décès, avec des coûts s’élevant à plus de 1,4 milliard de dollars en frais de santé et pertes de productivité.  Sans action urgente, on va tout droit vers une époque où de banales infections et de petites blessures peuvent à nouveau devenir mortelles. Cette résistance aux antibiotiques provient d’un usage excessif ou d’une mauvaise utilisation des antibiotiques. Or, environ la moitié des antibiotiques produits est utilisée dans la production de viande notamment afin d’accélérer la croissance (hors Europe, parce que cette pratique est désormais interdite en Europe), ou de prévenir des maladies, bien plus que pour les soigner. Bien que la préoccupation à l’égard d’un usage excessif des antibiotiques ait été exprimée partout dans le monde, on estime que l’usage d’antibiotiques dans la production de viande va encore augmenter de 63.200 tonnes en 2010 à 105.600 tonnes en 2030. 

Un rapport visant à renforcer une série de mesures proposées par la Commission européenne relatives à l’usage des antibiotiques destinés aux animaux était aujourd’hui soumis au vote en séance plénière du Parlement européen. Test-Achats, ainsi que la coupole européenne des organisations de consommateurs, le BEUC, avaient demandé aux parlementaires européens d’interdire l’usage préventif des antibiotiques chez les animaux, malheureusement largement répandu aujourd’hui. Ce n’est que lorsque les animaux sont effectivement malades qu’ils devraient pouvoir être traités avec des antibiotiques. Et encore, il convient de restreindre au maximum l’usage d’antibiotiques utilisés aujourd’hui comme derniers recours contre les infections humaines.

Bonne nouvelle : c’est chose faite ! Le Parlement européen a approuvé le rapport saisissant ainsi cette chance unique d’intensifier la lutte contre l’antibiorésistance. Prochaine étape ? Les négociations avec le Conseil. Affaire à suivre de près pour éliminer les antibiotiques du menu.