Pourquoi utilisons-nous des cookies? Nous utilisons des cookies propres et des cookies tiers pour améliorer la qualité de la navigation, personnaliser les contenus, développer des statistiques, diffuser des annonces adaptées à vos préférences et faciliter votre interaction avec vos réseaux sociaux. Pour ce faire, nous traitons des données personnelles telles que, par exemple, vos données de navigation. Si vous continuez à naviguer sur notre site, vous acceptez nos cookies. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur notre politique de cookies ou annuler tous ou partie des cookies, cliquez ici

Mobilité

La SNCB annonce qu’elle indemnisera les abonnés du rail pour les grèves

06 janv. 2016
Contrairement à la grève du 15/12/2014, la SNCB annonce qu’elle indemnisera les abonnés du rail pour les grèves des 6 & 7 janvier 2016 : grâce à l’action de Test-Achats ?
Pour la grève du 15 décembre 2014, la SNCB avait officiellement annoncé, notamment  par  le biais de son site internet, qu’elle n’indemniserait pas les navetteurs.  Cela avait évidemment fait réagir les associations de navetteurs ainsi que Test-Achats, mais également la médiatrice des chemins de fer, estimant que la SNCB ne respectait ainsi pas ses obligations contractuelles et légales. Test-Achats avait alors décidé d’introduire une action en réparation collective contre la société de transports. L’organisation de consommateurs demandait d’une part, l’indemnisation des navetteurs pour les jours de grève, et d’autre part, une simplification de la procédure de compensation, aujourd’hui tellement complexe qu’elle en décourage plus d’un.Hier, la SNCB a annoncé qu’elle indemniserait les abonnés du rail pour les grèves des 6 et 7 janvier 2016. L’action introduite par Test-Achats y serait-elle pour quelque chose ? On est en droit de le penser. Test-Achats ne manquera évidemment pas de vérifier que ceux qui demandent compensation pour ces grèves l’obtiennent effectivement.Autre revendication importante de l’organisation de consommateurs : un remboursement en argent plutôt qu’en bon de valeur. Là aussi, son souhait semble s’être réalisé vu que le nouveau formulaire pour demande d’indemnisation des retards de plus de 60 minutes prévoit que  le navetteur peut désormais, sur demande, recevoir sa compensation par virement bancaire.  Aucune communication n’a été faite par la SNCB, qui est restée très discrète sur ce changement dont Test-Achats ne peut évidemment que se réjouir.L’organisation de consommateurs poursuit évidemment son travail pour que les droits des navetteurs soient respectés et que la procédure d’indemnisation soit simplifiée.