Pourquoi utilisons-nous des cookies? Nous utilisons des cookies propres et des cookies tiers pour améliorer la qualité de la navigation, personnaliser les contenus, développer des statistiques, diffuser des annonces adaptées à vos préférences et faciliter votre interaction avec vos réseaux sociaux. Pour ce faire, nous traitons des données personnelles telles que, par exemple, vos données de navigation. Si vous continuez à naviguer sur notre site, vous acceptez nos cookies. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur notre politique de cookies ou annuler tous ou partie des cookies, cliquez ici

Le compte d’épargne, produit populaire s’il en est, reste compliqué

Le mécanisme de rémunération du compte d’épargne qui se décompose en un taux de base et une prime de fidélité est complexe et manque de lisibilité. Test-Achats plaide pour une révision du mécanisme afin d’aligner le rendement réellement accordé aux épargnants sur celui affiché par les banques.

En cours

La rémunération du compte d’épargne se compose d’un taux de base et d’une prime de fidélité, octroyée de douze mois en douze mois. Test-Achats s’oppose pourtant depuis de nombreuses années à cette prime. Le mécanisme est en effet complexe, au point que les banquiers eux-mêmes n’en saisissent pas toutes les subtilités. L’information donnée aux clients est souvent incomplète, voire erronée. Or une information erronée ou incomplète peut avoir de lourdes conséquences en termes de perte de prime pour l’épargnant.

 

Outre cela, le système actuel fait en sorte qu’il est quasiment impossible d’obtenir le rendement promis. Ainsi, d’une banque qui offre un taux de base de 1,20 % et une prime de fidélité de 1,50 %, on attend logiquement un rendement global de 2,70 %. Pourtant, les simulations réalisées par Test-Achats démontrent que l’épargnant qui verse de l’argent tous les mois et qui, après quatre longues années de fidélité ininterrompue, décide de retirer son argent, recevra tout au plus 2,35 %. En cause, la perte d’une partie des primes de fidélité en cours d’acquisition au moment du retrait, ces primes arrivant à échéance à différents moments dans l’année. L’écart est d’autant plus important que la prime de fidélité est élevée.

 

Face à cette dérive, Test-Achats plaide pour une révision du mécanisme du compte d’épargne afin d’aligner le rendement réellement accordé aux épargnants sur celui affiché par les banques. En attendant, Test-Achats réclame aussi la mise à disposition obligatoire, par les banques, d’un formulaire standard permettant aux épargnants de connaître à tout moment, avec précision et de façon simple, l’état d’avancement de leurs primes de fidélité.