Tout sur les vélos

Tout sur les vélos

La Belgique évolue doucement d'un pays où la voiture est reine à un pays où les cyclistes sont également chez eux. Grâce, entre autres, au vélo électrique. Nous testons les vélos et leurs accessoires, mais nous avons également un œil attentif aux infrastructures cyclables et à la sécurité des cyclistes dans les villes.

multiple-bikes

La Belgique est-elle un pays de cyclistes ? En fait, la situation est bien différente entre le Nord et le Sud du pays. Mais même en Flandre, la situation n'est pas comparable à celle qui prévaut chez nos voisins néerlandais. Les Pays-Bas disposent de kilomètres de pistes cyclables et d'autoroutes pour vélos séparées, sur lesquelles vous pouvez conduire votre deux-roues d'un bout à l'autre de la ville. Mais en Belgique ? Rien de tel. Faire du vélo en Belgique est un exploit. Une aventure. Une introduction à la dépression nerveuse. Ou pire encore : un danger de mort. N'est-ce pas ?

Les infrastructures s'améliorent

Eh bien, non. Petit à petit, la Belgique fait de la place au vélo. C'est parce que les routes, du moins avant la crise du Covid-19, étaient de plus en plus encombrées. En voiture, vous aviez l'impression de ne jamais sortir de l'embouteillage. A vélo, par contre, vous pouviez naviguer tranquillement entre les voitures à l'arrêt, ou mieux encore : vous pouviez simplement les dépasser pour arriver avant elle à destination. Car ces dernières années, la politique a elle aussi clairement fait la transition vers une société plus favorable au vélo. En 2018, la Flandre a investi 138,5 millions d'euros dans les infrastructures cyclables, soit deux fois plus que l'année précédente.

Il reste encore beaucoup de travail à faire - il faudra des années avant que chaque route régionale soit dotée d'une piste cyclable sûre - mais les premiers pas ont été faits.

De plus en plus de vélos

Les écoles ont encouragé les parents à amener leurs enfants à vélo plutôt qu'en voiture. Dans le même temps, le gouvernement a créé diverses incitations fiscales pour promouvoir le vélo. Le budget mobilité a été introduit pour inciter les employés à échanger leur voiture de fonction contre un abonnement de train ou un vélo électrique. Il y avait des indemnités vélo pour les déplacements domicile-travail et ici et là des primes municipales pour ceux qui échangeaient une voiture contre un vélo électrique. Et puis vint le Covid-19...

Les infrastructures pour les vélos s'améliorent

Selon certaines enquêtes, 69 % des Flamands, près d'un quart des Wallons et un Bruxellois sur trois faisaient du vélo en 2019. Mais depuis la crise du Covid-19, le nombre de cyclistes semble avoir augmenté de façon exponentielle. La vente de vélos électriques, en particulier, a explosé. A tel point que les producteurs peuvent difficilement répondre à la demande. Selon l'enquête nationale sur la sécurité routière, 16 % des Belges roulaient déjà à vélo électrique en 2020. C'est trois pour cent de plus qu'en 2019, et plus de six pour cent de plus qu'en 2018. En Flandre, le nombre de cyclistes électriques est encore plus élevé : 22 % des Flamands ont fait du vélo électrique cette année, contre 8 % des habitants de Bruxelles et 6 % des Wallons.

Test Achats a testé pour vous les systèmes de motorisation de 700 vélos électriques. Vous pouvez trouver les résultats ici.

L'achat d'un vélo électrique ne s'improvise pas

Les vélos électriques sont pratiques et faciles à utiliser : le moteur se met en marche dès que vous commencez à pédaler, vous avez donc besoin de moins de puissance musculaire pour avancer. Un gros avantage en montée ou par vent contraire, et c'est à peine perceptible pour les autres. Les vélos électriques sont également bon marché par rapport à la voiture (20 centimes d'euro maximum par kilomètre) et beaucoup plus écologiques, car ils n'émettent pratiquement pas de CO2 et pas de particules fines.

L'achat d'un vélo électrique : ça ne s'improvise pas !

Pour un vélo électrique ordinaire - jusqu'à 25 kilomètres à l'heure - vous n'avez pas besoin de permis de conduire. L'assurance n'est pas non plus obligatoire, mais nous recommandons une assurance familiale pour tous les cyclistes électriques. Les vélos qui roulent à plus de 25 à l'heure sont considérés comme des cyclomoteurs de classe P (speed pedelec). Il faut pour cela un permis de conduire, une assurance et un casque de vélo adapté.

Vous trouverez des conseils sur les points à surveiller lors de l'achat d'un vélo électrique dans notre guide d'achat.

Un vélo électrique est-il sûr ?

Selon la même enquête, les trois quarts des cyclistes avec assistance au pédalage roulent à une vitesse comprise entre 16 et 24 kilomètres par heure. Moins de la moitié des cyclistes classiques atteignent cette moyenne. Cela rend le vélo électrique plus dangereux : les pistes cyclables ne sont pas assez larges pour accueillir partout un plus grand nombre de cyclistes, qui se croisent également à des vitesses différentes.

Choisissez le bon casque

Avec l'augmentation du nombre de vélos, les problèmes de sécurité et d'insécurité sur les routes vont également s'accroître. Il deviendra vital de connaître et de respecter les règles, mais aussi de pouvoir pédaler avec le bon équipement.

Choisir le bon casque de vélo

Test Achats a testé la sécurité de 22 casques de vélo pour adultes.

Parlons-en

Avez-vous autre chose à ajouter ? Dans sa communauté consacrée à la mobilité, Test Achats aborde environ 45 thèmes liés à la mobilité. N'hésitez pas à rejoindre la discussion.

Pédalez en sécurité au meilleur prix

Le vélo c’est la liberté, mais pensez aussi à vous protéger. En ce moment vous bénéficiez d’une belle réduction sur les casques ultra sécurisés de la gamme Scott. Profitez-en !

Voir l'offre