Transports publics

Train : quelles solutions pour voyager en toute sécurité cet été ?

Partager sur

Des centaines de passagers, entassés sur des quais bondés, empêchés de rentrer dans certains wagons déjà complets : ces images de la gare d’Ostende diffusées en mars un peu partout sur les réseaux sociaux ont fait réagir les utilisateurs, mais également les hommes politiques et les syndicats. Si certaines solutions ont déjà été évoquées, pour l’instant, aucune ne semble montrer de résultats probants. A l’approche de la saison estivale et dans un contexte sanitaire encore préoccupant, qu’envisage la SNCB afin de garantir un trajet sécurisé vers la mer du Nord ? On fait le point.

Trains supplémentaires, informations en temps réel, agents de sécurité en gare : la SNCB tente de gérer l’affluence de monde en période de covid. Mais force est d’admettre que ces solutions s’avèrent assez peu efficaces. A l’occasion d’un test, nous nous sommes aperçus que l’application MoveSafe censée rendre compte en temps réel du monde présent dans les wagons, n’était définitivement ni aussi performante et ni aussi précise que prévue.

Des doutes concernant votre prochaine destination ? Retrouvez toutes les réponses à vos questions dans notre dossier spécial “Crise du coronavirus et voyage”.

La règle de “la fenêtre”

En réaction aux images de sa gare prise d’assaut, Bart Tommelein, bourgmestre d’Ostende a “expressément” demandé à la SNCB de prendre les mesures nécessaires, ce qu’elle a fait en imposant notamment que chaque passager prenne place à côté de la fenêtre de façon à respecter la distanciation sociale. Seulement, en raison de l’encombrement en gare aux heures de pointes, cette nouvelle règle n’est pas en vigueur de 18 à 20 heures, ce qui risque de diminuer considérablement son efficacité. “Cette décision était une véritable erreur, tant en termes de conception que de communication, de contrôle et d'application. Cette règle a été appliquée pendant une courte période et a été abolie depuis. Heureusement !” note Leo Muyshondt, expert en mobilité chez Test Achats.

La réservation en ligne, une fausse bonne idée ?

Une autre solution serait la mise en place d’un service de réservation en ligne afin de désengorger les trains et surtout de mieux gérer l’encombrement en gare et dans les wagons. Pourtant, le système semble difficile à concevoir dans la réalité : le rapport du SPF Mobilité & Transports, paru le 12 mai dernier, a en effet permis d’identifier “un grand nombre d’inconvénients et peu d’avantages”.

La SNCB arguait quant à elle sur la perte en flexibilité qu’engendrerait un tel modèle, alors même que sa gestion du trafic interne est “sa marque de fabrique”. “Le SPF M&T n’est pas favorable à un système de réservation sous quelque forme que ce soit étant donné l’impact négatif sur le fonctionnement opérationnel de la SNCB et sur la flexibilité pour les voyageurs.” peut-on lire dans la conclusion du rapport. Le ministre nous a officiellement fait part de sa position dans ce dossier, en ce qu’il entend suivre les conclusions de ce rapport.

Les associations Trein Tram Bus et Navetteurs.be avec lesquelles Test Achats collaborent estiment qu’un service de réservation prendrait trop de temps et d’argent à mettre en place. Comme une manière de déplacer le problème ? Il faut croire. Là où précisément, il s’agit de “remettre le voyageur au centre des préoccupations”, la réservation en ligne pourrait exclure un certain nombre de clients potentiels qui se rabattraient alors sur des réseaux moins empruntés et moins chers, créant une nouvelle fois une forte affluence. “Le principe de la réservation obligatoire pour le trafic ferroviaire intérieur n'est pas acceptable” explique encore Leo Muyshondt pour Test Achats, “tout cela va à l'encontre de l'ADN de nos transports publics et de la stratégie de la SNCB jusqu'à l'apparition du corona : autrefois, il fallait occuper un maximum de places pour être le plus rentable possible.”

Des outils pour voyager en sécurité cet été

Malgré ces réserves, la SNCB vient d’annoncer la mise en service de trains directs supplémentaires en partance pour la Côte, réservables uniquement sur Internet. Le projet-pilote débutera par une phase de test durant le week-end des 5 et 6 juin, sans que le réseau ordinaire ne soit a priori perturbé. Pour l’association Navetteurs.be, cette décision va encore une fois à l’encontre de l’intérêt des consommateurs.

En effet, si l’on peut saluer l’augmentation de trains touristiques supplémentaires pour l’été, le fait que le service ne soit disponible qu’en ligne et moyennant des frais de réservation de 1€ risque de pénaliser une partie de la population. Un avis que nous partageons également. Outre cette annonce, la SNCB a dévoilé d’autres mesures et outils visant à gérer l’afflux de voyageurs durant la période estivale et pour limiter l’encombrement en gare. En plus de la mise en service de trains supplémentaires, un “baromètre de fréquentation” est disponible en ligne sur le site Lelittoral.be. Des agents de sécurités et des stewards seront également présents en gare de façon à orienter les personnes présentes et ainsi mieux gérer le flux entre les wagons.

Besoin de planifier votre prochain voyage mais vous n’êtes pas encore vacciné ? On répond à vos interrogations.

Commentaire

Transports publics

Comment relever les défis des transports publics dans le futur? C'est une des questions brûlantes de l'après Covid-19.

Plus d'infos...