News

Les Belges sont prêts à dépenser

19 avril 2021

Le Belge s’est enrichi en moyenne de 4 % durant l’« année Covid ». C’est ce qui ressort des statistiques de la Banque nationale de Belgique. Nous avons demandé à plus de 1400 Belges ce qu'ils feraient de leurs économies au moment du retour à la normale. Voici leurs réponses.

Après une année de lockdown, total ou partiel, la Belgique entière brûle d'envie de retrouver une vie plus normale. Nous avons interrogé 1400 Belges, pour savoir quelles seraient leurs premières dépenses importantes lorsque seront levées les restrictions. Leur première réponse est de laisser leur argent sur leur compte épargne (46%), même si cela rapporte moins que l'inflation. Lisez à ce sujet nos conseils pour placer au mieux votre épargne

32% des Belges font des plans en vue de rénover leur maison, 17% se verraient bien au restaurant ou au café, 11% ont des idées de cadeaux en tête pour les enfants ou les petits-enfants. Pour 17% des personnes interrogées, un grand voyage est au programme, 13% espèrent investir plus en bourse et 12% regardent le marché immobilier. Enfin, 6% des Belges ont un nouvel électroménager sur leur liste d'achats et 3% veulent investir dans un appareil high-tech.

Le patrimoine des Belges continue de croître

Le motif de notre sondage est à trouver dans le rapport trimestriel de la Banque nationale de Belgique relatif l'épargne des Belges. Ce rapport a montré que le patrimoine des Belges continue de croître régulièrement. Cette augmentation s'est poursuivie au cours de l'année Covid, et même de manière encore plus forte qu'auparavant.

En particulier les liquidités ainsi que les placements en comptes d'épargne et fonds d'investissement semblent avoir fortement progressé au cours des mois de crise. A contrario, la popularité des obligations, des bons de caisse et des comptes à terme continue de baisser, en raison de la faiblesse persistante des taux d'intérêt.

En net, c'est-à-dire après déduction des prêts, le Belge possède en moyenne un peu moins de 100 000 euros en espèces, en comptes et en actions, fonds et produits d'assurance, selon le rapport.  On s'endette principalement pour acheter un logement, même si l'encours des crédits à la consommation a aussi légèrement augmenté en 2020.

Des disparités selon le niveau d'éducation et les régions

En réalité, les choses sont plus nuancées que ne le suggèrent les résultats de la Banque nationale. Notre enquête a confirmé ce qui ressortait déjà de notre Baromètre des consommateurs : tout le monde ne s'est pas enrichi durant l'année COVID. 7 personnes sur 10 ont déclaré avoir pu épargner autant ou plus, mais 12 % ont épargné moins. L'épargne augmente également avec le niveau d'éducation : les emplois des personnes très instruites ont été nettement moins touchés par la pandémie que ceux des personnes moins instruites. Il existe également des différences régionales. Selon notre enquête, Bruxelles et la Flandre ont épargné avec le plus d'enthousiasme: 75% a épargné autant ou plus à Bruxelles et 74% en Flandre, mais ce chiffre n'est que de 66% en Wallonie.

Découvrez nos conseils en placements

Vous avez besoin de conseils pour vos placements? Les spécialistes de Test Achats Invest sont là pour vous.  

Vers Test Achats Invest

User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question

Commentaires

Soyez le premier à commenter