Dossier

Prêt hypothécaire: qu’advient-il en cas de divorce?

01 juillet 2014
Qu'advient-il en cas de divorce?

01 juillet 2014

Le sort en est jeté : vous et votre partenaire vous séparez. Mais voilà, vous possédez ensemble une maison pour laquelle vous avez contracté un emprunt hypothécaire toujours en cours. Comment régler cela si l’un de vous veut rester habiter dans la maison ? Et comment cela se passe-t-il avec l’emprunt ?

Les divorces et séparations sont monnaie courante. Si vous n'avez pas fini de rembourser l'emprunt pour l'habitation que vous aviez achetée ou fait construire ensemble, vous devrez inévitablement vous accorder sur la suite à réserver à cette habitation et à l'emprunt. Que vous ayez été mariés ou non n'y changera rien.  

Chaque situation est différente

Pour bon nombre de consommateurs, la reprise, par un seul ex-partenaire, de la maison et de l’emprunt constituera un véritable défi financier. Mais un consommateur n’est pas l’autre.

Il n’existe pas non plus de scénario préétabli en ce qui concerne la réaction de l’organisme prêteur : si l’un peut se montrer très flexible ou utiliser des contrats relativement souples permettant d’éviter certains frais, l’autre peut être plus tatillon.

Une lourde charge financière

Si vous prenez l’intégralité de l’emprunt à votre nom, les chances sont grandes que vous soyez obligé d’emprunter un supplément pour racheter entre autres la partie de la maison appartenant à votre ex. Sachez que le financier cherchera tout d’abord à s’assurer que vous disposez bien, à vous seul, de revenus suffisants. Passer de deux revenus à un seul comme base de remboursement d’un emprunt constitue en effet une sacrée différence aux yeux de tout prêteur.

Si vous avez les moyens de payer la maison de votre poche ou pouvez compter pour cela sur l’aide de votre famille, vous pourrez demander à votre prêteur de maintenir simplement le prêt en cours avec vous comme seul emprunteur.

Négociez avec votre prêteur

Quoiqu’il en soit, allez en premier lieu parler avec votre prêteur. Demandez-lui sa proposition. Faites-vous valoir comme client et négociez pour qu’il laisse tomber les frais de dossier et/ou les frais d’expertise.

Sachez qu’il existe des solutions pour rendre le remboursement périodique de l’emprunt plus supportable. Bien sûr, cela augmentera en principe le coût total de l’emprunt, mais peut-être s’agit-il là aussi du prix à payer pour conserver votre maison.

N’oubliez surtout pas par la suite de vous renseigner sur ce que vous pourriez obtenir auprès d’un des grands acteurs du marché ou de nos Maîtres-Achats. C’est en effet la concurrence qui fixe les prix !


Imprimer Envoyer par e-mail