News

Crédits aux particuliers: des chiffres enfin plus optimistes !

01 février 2018
crédit conso protection

01 février 2018
De 2008 à 2016, les Belges étaient toujours plus endettés et les défauts de paiement toujours plus nombreux. Mais 2017 a vu un retournement de tendance, enfin. Nos commentaires et réflexions à ce propos.

La Centrale des crédits aux particuliers enregistre tous les crédits à la consommation et tous les crédits hypothécaires conclus en Belgique par des personnes physiques à des fins privées, ainsi que les éventuels défauts de paiement liés à ces crédits. Objectif premier: prévenir le surendettement, les prêteurs devant consulter la Centrale avant tout octroi de crédit.

Le rapport statistique 2017 de la Centrale vient de paraître. Bonne nouvelle: pour la première fois depuis plusieurs années, le nombre de crédits et d'emprunteurs en défaut de paiement diminue quelque peu.

Moins d'ouvertures de crédit, c'est une bonne chose

D'autres données du rapport ont retenu notre attention:

  1. Pour la quatrième année d'affilée, les nouvelles ouvertures de crédit (qui permettent de puiser dans une réserve d'argent en fonction de ses besoins) connaissent une diminution. C'est une évolution positive, car nous considérons qu'il s'agit là de la forme de crédit à la consommation la plus dangereuse.
  2. Les crédits octroyés par des institutions non bancaires sont toujours surreprésentés dans les crédits en défaut de paiement. L'explication est double selon nous: les magasins et courtiers pratiquent un crédit moins responsable (nos enquêtes l'on clairement montré) et leurs clientèle est peut-être plus fragile.
  3. Les consultations des données de la Centrale ont augmenté de 12 % en 2017. C'est encourageant. Par le passé, nous avons, à plusieurs reprises, informé les consommateurs de la possibilité qui leur est offerte d'accéder sur demande aux données enregistrées dans la Centrale qui les concernent.

Des problèmes en matière de crédit? Nous vous aidons

Une ligne d'infos est à votre disposition au 02 542 33 33.

Contactez-nous