News

Le Belge fait face à des problèmes de paiement

21 janvier 2017
endettement dette

21 janvier 2017
Le récent rapport annuel de la Centrale des Crédits aux Particuliers révèle qu’un grand nombre de consommateurs n’arrivent pas à rembourser leur crédit dans les délais. Le montant total des arriérés s’élève à plus de 3 milliards d’euros ! Il apparaît clairement que le crédit n’est pas toujours accordé de manière responsable.

Le Belge ne peut éviter le crédit. Selon la Centrale des Crédits aux Particuliers, dont la gestion est confiée à la Banque Nationale de Belgique, presque sept compatriotes majeurs sur dix ont au moins un crédit en cours. Pour la tranche d’âge de 35 à 54 ans, ce chiffre commence même à flirter avec les 9 sur 10.

Principalement des crédits à la consommation 

La majorité des contrats de crédit en cours sont des « crédits à la consommation » mais leur proporotion diminue par rapport aux emprunts hypothécaires qui ont encore augmenté en 2016. Cette hausse s’explique aussi par les nombreux refinancements de crédits existants, considérés comme des nouveaux contrats. Les taux d’intérêt très bas de 2016 ont donc incité les consommateurs à remplacer leur emprunt par un autre moins onéreux, mais cette tendance était déjà moins marquée qu’en 2015. 

De nombreux problèmes avec les ouvertures de crédit 

Pour autant, les consommateurs ne semblent pas avoir plus facile à rembourser leur crédit dans les temps. En 2016, les retards de paiement s’élevaient à plus de 3 milliards d’euros répartis sur 556 000 contrats de crédit. C'est la neuvième année consécutive que nous constatons une recrudescence du nombre de contrats à problèmes.

Maigre consolation : l’augmentation ne concerne que 1,7 % des contrats, elle est donc un peu moindre que les années précédentes. Le point d’achoppement se situe au niveau du crédit à la consommation, la formule d’ouverture de crédit remportant la palme absolue. En 2016, la croissance du nombre de contrats présentant des problèmes de paiement était d’ailleurs entièrement imputable à cette formule de crédit.

Nous ne cessons de mettre en garde contre cette forme de crédit

La grande souplesse des ouvertures de crédit attire principalement une clientèle financièrement fragile à la recherche d’argent « facile ». Mais ces crédits sont non seulement onéreux, mais aussi dangereux en raison de leur souplesse qui engendre le risque de sombrer dans une spirale de dettes.

Un second facteur aggravant se situe dans le fait que certains prêteurs - surtout des établissements non-bancaires - prennent parfois quelques libertés avec les obligations légales, négligeant de vérifier si le consommateur sera en mesure de supporter la charge financière de l’ouverture de crédit. Ils accordent dès lors des prêts à des personnes dont ils auraient dû savoir qu’elles ne seraient pas en mesure d’en assurer le remboursement.

Meilleur contrôle public bienvenu

Depuis bien longtemps, nous demandons que le gouvernement soit plus sévère à ce sujet. Sachant qu'en accordant un crédit de manière irresponsable, ces établissements de crédit se rendent eux aussi responsables de l’endettement de certains consommateurs. 

Pour tout conseil gratuit concernant le crédit, vous pouvez contacter notre Centre de Contact au 02 542 33 43, chaque jour ouvrable de 9h00 à 12h30 et de 13h00 à 16h00.


Imprimer Envoyer par e-mail