News

Prêts hypothécaires non limités à 80 %

02 juin 2017
prêt hypotécaire 80%

02 juin 2017

Ne croyez pas tout ce que vous lisez dans la presse. Les prêteurs ont toujours le droit de vous octroyer un prêt hypothécaire de plus de 80 % de la valeur du bien. Ne vous découragez donc pas si vous avez besoin d’emprunter 100 %, tant que le remboursement ne posera pas un problème compte tenu de votre situation financière.

Depuis le 1er avril 2017, la Banque Nationale oblige les banques à maintenir une réserve de capital en fonds propres supplémentaire pour les crédits lorsque le montant de l’emprunt représente plus de 80 % de la valeur du bien. "Les prêts hypothécaires seront plus difficiles à obtenir” était la conclusion, un peu hâtive, de la presse. Il a en effet été suggéré que chaque candidat-emprunteur devait être capable d’apporter en fonds propres, non seulement les frais liés à l’achat (souvent 15 % à payer chez le notaire), mais aussi 20 % de la valeur du bien. Ce n’est pas le cas. Il reste cependant crucial que le consommateur évite un endettement trop important.

Rien de neuf sous le soleil

Les nouvelles règles veulent contraindre les prêteurs à plus de prudence, mais ne les obligent pas à imposer à tous les candidats-emprunteurs de limiter leur emprunt à 80 % de la valeur de l’immeuble. Ceux qui le souhaitent peuvent donc toujours accorder jusqu’à 100 %. Les prêteurs doivent cependant s’assurer que le remboursement soit à la portée de la personne demandeuse. Mais c’est ce qu’ils sont supposés faire de toute manière vu qu’ils doivent fournir du crédit de manière responsable.

Lorsque les banques accepteront d’octroyer des crédits hypothécaires avec des quotités d’emprunt supérieures à 80 %, les taux seront vraisemblablement un peu plus élevés que si elles s’en tiennent à ne prêter « que » 80 %. On doit cependant relativiser. En effet, même avant cette date, le taux accordé était généralement plus avantageux lorsque l’on apporte des fonds propres.

Quel est le danger ?

Dans la pratique, si un prêteur se tient systématiquement à un maximum de 80 %, cela peut représenter un frein pour des personnes n’ayant pas beaucoup d’épargne - comme les jeunes par exemple- mais ayant pourtant des rentrées stables et suffisantes pour rembourser l’emprunt.

C’est pourquoi nous encourageons une fois de plus les prêteurs à prendre au sérieux leur obligation légale de fournir un crédit de façon responsable. Dans le passé, nous avons parfois constaté dans nos enquêtes que leur attitude était trop légère et que certains prêts accordés risquaient de plonger les consommateurs dans des difficultés financières pour de longues années.

Les chiffres de la Centrale des Crédits aux Particuliers ne mentent pas : le nombre d’emprunteurs défaillants pour leur crédit hypothécaire a légèrement diminué ces 2dernières années mais le montant moyen des arriérés a plus que doublé pour les crédits hypothécaires entre 2008 et 2016 !

A notre connaissance, cependant, aucune statistique n’a jamais été publiée qui démontrerait qu’il y a plus de contentieux dans les crédits où plus de 80 % ont été prêtés. Il y va de l’intérêt du consommateur que le prêteur accorde du crédit avec sérieux.

Ne vous enfoncez pas dans les dettes !

Evaluez lucidement votre situation financière. Essayez, autant que faire se peut de la prévoir pour les années à venir. Vous saurez alors quelle mensualité votre budget pourra supporter. Vous en lirez plus à ce sujet dans notre dossier "Souscrire un prêt hypothécaire : nos conseils".

Et il reste toujours intéressant de comparer différentes offres. Pour ce faire, surfez sur le comparateur des prêts hypothécaires et utilisez le résultat comme base de négociation pour obtenir un prêt encore plus intéressant.

Vers le comparateur de prêts hypothécaires