News

Prêt hypothécaire : le taux variable n’a pas la cote

28 décembre 2020
pret hypothecaire taux variable

Vu la faiblesse des taux d’intérêt, la grande majorité des emprunteurs privilégient aujourd’hui le prêt à taux fixe. Et c’est ce que nous conseillons en général. Le taux variable vous tente quand même ? Demandez alors une simulation des remboursements maximums dus.

Leader sur le marché belge du prêt hypothécaire, BNP Paribas Fortis vient d’indiquer que, depuis le début de l’année, 9 emprunteurs sur 10 avaient opté pour le taux fixe.

Des taux fixes et variables très proches

Etonnant ? Pas vraiment. La formule, appréciée par ceux qui recherchent la sécurité, est d’autant plus prisée pour le moment que les taux d’intérêt sont très bas. Et que si l’on compare les taux d'intérêt officiels des banques, il n'y a pratiquement pas de différence entre les taux fixes et variables les plus intéressants.

Consultez notre comparateur prêts hypothécaires et vous constaterez par exemple que, pour une quotité inférieure à 80 % et une durée de 20 ans, le meilleur taux fixe navigue entre 1,09 % et 1,15 % (en fonction du profil de l’emprunteur). Alors le meilleur taux révisable tous les 5 ans s’établit à 1,01 %... mais pourrait atteindre 2,02 % si les taux remontent.

Vers le comparateur prêts hypothécaires

Comment ces taux vont-ils évoluer dans le futur ? Ils devraient rester bas en 2021. Et sur le plus long terme ? Impossible de se prononcer, mais de nouvelles baisses semblent peu probables. Dans ce contexte, nous continuons à recommander généralement le taux d'intérêt fixe.

Le taux variable vous tente ? Réclamez des simulations

Si vous pensez tout de même au taux variable, demandez à votre banquier de faire une double simulation : le montant à rembourser chaque mois et le montant total à rembourser, chaque fois dans le pire des cas, c'est-à-dire en tenant compte d’une hausse maximale des taux d’intérêt. Pour rappel, dans le cas d’un taux variable, il existe des limites inférieure et supérieure entre lesquelles le taux d’intérêt peut fluctuer tout au long du prêt. Ainsi, durant les trois premières années, la hausse annuelle ne peut pas dépasser 1%. Et au final, ce taux d’intérêt peut au maximum doubler par rapport au taux de départ.

Méfiez-vous si votre banquier vous dit que vous pouvez, pour une mensualité identique, emprunter un montant supérieur grâce au taux variable. Si vous avez déjà atteint votre capacité maximale de remboursement et que les taux d’intérêt remontent, vous serez dans un fameux pétrin.