News

Maisons de repos: nos chiffres aussi interpellent

13 octobre 2017
maison de repos

13 octobre 2017
Un reportage diffusé cette semaine par la VRT (télévision flamande) a mis en lumière des pratiques indignes dans certaines maisons de repos privées. Le sujet fait débat. Nous l'alimentons avec quelques données issues de nos études.

Un reporter de la VRT s'est glissé dans la peau d'un volontaire travaillant en maison de repos. Les images collectées dans sept établissements privés font froid dans le dos: résidents laissés à eux-mêmes, nourriture médiocre, manque de soins, manque de personnel… Le ministre responsable a réagi en soulignant qu'il y avait aussi des exemples positifs (nous n'en doutons pas), tout en reconnaissant qu'on ne pouvait ignorer les problèmes structurels du secteur. D'autres, réagissant à la diffusion des images, ont indiqué que la situation n'était certainement pas meilleure dans le réseau public.

Impayable pour beaucoup

Test Achats se joint au débat en divulguant quelques données issues d'une étude axée sur les différences entre maisons de repos privées et publiques.

Commençons par les coûts. Dans le privé, seuls 3 personnes sur 10 peuvent payer la maison de repos avec leurs revenus. Contre 4 sur 10 dans le public. Quant aux coûts mensuels supplémentaires par rapport au prix de base, ils se montent en moyenne à 99€ dans le public et 152€ dans le privé.

Lorsqu'on demande aux proches de personnes placées quels problèmes rencontrent leurs parents, sont cités en tête la communication des informations médicales à la famille, les vols d'objets personnels ou le non-respect du programme d'activités proposées aux résidents.

Tout juste satisfaisant

Les scores globaux de satisfaction ne sont pas terribles (entre 6 et 7/10), mais légèrement supérieurs dans le public. Qu'il s'agisse de la quantité de personnel, de l'amabilité ou des activités sociales. Mais au final, 1 proche sur 5 se dit insatisfait ou très insatisfait de l'assistance journalière et des activités, des soins de santé, de la nourriture et du coût du séjour.

Dans une autre étude, nous avons interrogé un panel de seniors (plus de 65 ans) vivant encore à leur domicile. La grande majorité souhaite y demeurer, 11% se disent prêts à déménager mais 2% seulement veulent s'installer en maison de repos. Edifiant.

Une plainte à propos d'une maison de repos? Cliquez ici


Imprimer Envoyer par e-mail