Dossier

Paiement en cash : maximum 3000€

26 février 2014
Paiement en cash : maximum 3000€

26 février 2014

Comment faire pour un gros achat en étant sûr, pour le commerçant, d’être payé et, pour le client, d’obtenir le bien demandé ?

Meuble, voiture, bijou… Vous souhaitez parfois effectuer un gros achat en payant une partie, voire la totalité du prix, en liquide. Mais cela devient de plus en plus difficile. En avril 2012, le montant maximum payable en cash à un commerçant avait déjà été ramené de 15 000 à 5 000 €. Depuis le 1er janvier 2014, cette limite a été abaissée à 3 000 €.
Ces mesures s’inscrivent dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d’argent et la fraude fiscale. En effet, l’argent liquide ne laisse en principe aucune trace, et il n’est pas possible d’en vérifier l’origine.

3 000 € et au-delà, pas plus de 10 %

Pour tout paiement à un commerçant, il est désormais interdit de dépasser les 3 000 € en liquide. Au-dessus de ce montant, on ne peut payer que 10 % du prix total en espèces sonnantes et trébuchantes, avec un maximum de 3 000 €. Pour une voiture de 12 000 €, vous ne payerez donc que 1 200 € en cash, et pour une autre de 40 000 €, vous ne mettrez pas plus de 3 000 € en liquide sur la table.
Ces limites s’appliquent à l’achat tant de biens que de services, et donc aussi à l’installation d’une nouvelle salle de bains. En revanche, elles ne concernent pas les paiements entre particuliers, ni les dépôts sur un compte. Les transactions immobilières sont également exclues, puisque les paiements en espèces sont totalement interdits depuis le 1er janvier 2014. En cas d’infraction, le vendeur et l’acheteur sont tous deux responsables et risquent de se voir infliger une amende salée par le SPF Économie.

Rien ne sert de fractionner le prix

On ne peut contourner les nouvelles règles en payant par tranches. Pour la loi, cela ne change rien : les transactions liées entre elles sont considérées comme une seule opération. Si vous payez par exemple un acompte et le solde ultérieurement, le montant total dû est pris en compte pour déterminer si le plafond de 3 000 € a été dépassé ou non.

Paiement par carte bancaire

Une carte bancaire (de débit ou de crédit) est un moyen sûr et efficace de payer une somme importante, mais elle peut se heurter à deux obstacles :

  • même si c’est de moins en moins fréquent, le commerçant peut ne pas disposer d’un terminal ;
  • chaque carte est assortie d’une limite d’utilisation, différente selon la carte et la banque. Il est donc utile de connaître ce plafond avant d’effectuer un gros achat. Au besoin, vous pouvez le rehausser temporairement (parfois, il faut le demander à l’agence, parfois, on peut le faire soi-même via internet). Ainsi, pour les paiements par carte de débit, KBC autorise jusqu’à 2 500 € par semaine, mais cette limite peut être portée temporairement à 10 000 €. BNP Paribas Fortis applique la même limite, mais accepte exceptionnellement de monter à 15 000 € par semaine.

Si vous avez une carte de débit et une carte de crédit, vous pouvez aussi proposer aux commerçants de les utiliser toutes les deux puisque les limites sont indépendantes l’une de l’autre.

Paiement par virement

Le virement d’argent est une autre façon de régler une somme importante. L’inconvénient est que le paiement ne coïncide pas avec la fourniture du bien ou du service. Si vous ne virez l’argent qu’a posteriori, le commerçant doit donc vous faire confiance ; l’inverse est vrai si vous virez la somme au préalable.
Des plafonds sont également prévus pour les virements, mais ils sont plus élevés que pour les cartes bancaires.  Par ex., chez Belfius, on peut virer jusqu’à 5 000 €/ jour et 15 000 €/ semaine.

Paiement par chèque

En théorie, vous pourriez en revenir à un moyen de paiement du passé en utilisant un "simple" chèque. Reste à savoir si les commerçants l’accepteront, car ils n’ont aucune garantie de recevoir effectivement leur argent.
Certains chèques sont assortis d’une garantie. Ils doivent être demandés à l’avance à la banque (parfois gratuits, parfois payants, jusqu’à 12 €). Le montant est alors immédiatement bloqué à l’émission du chèque. Ce type de chèque est encore utilisé à l’heure actuelle pour de très gros montants, par exemple lors de l’achat d’une maison.


Imprimer Envoyer par e-mail