News

La planète "banque" tourne à l’envers...

04 septembre 2019

BNP Paribas Fortis qui annonce simultanément de beaux résultats financiers et des augmentations de tarifs, KBC qui supprime 1400 emplois : le secteur bancaire a de plus en plus tendance à faire contribuer ses clients et employés à l’effort. Mais dans le même temps, les actionnaires, eux, sont chouchoutés. Nous nous insurgeons contre ces pratiques.

Hier, BNP Paribas Fortis annonçait un bénéfice d’un milliard d’euros au premier semestre 2019… et une augmentation des tarifs en janvier prochain. Chez KBC, les tarifs ont été revus à la hausse ce 1er septembre et la banque fait aujourd’hui savoir qu’elle envisage la suppression de 1400 emplois.

Mais dans le même temps…

Toujours plus de frais, toujours moins de service

Taux d’intérêt planchers, tarifications des retraits et des opérations manuelles: les clients des banques paient de plus en plus pour de moins en moins de services et de rendement.

L’approche des banques vis-à-vis de sa clientèle est devenue pour le moins singulière:

  • vous y ouvrez un compte et on vous fait payer des frais de plus en plus élevés chaque année;
  • vous voulez retirer votre argent et on voudrait vous faire payer ce retrait;
  • vous confiez votre épargne et on ne veut plus vous la rémunérer.

Clients et employés mis à contribution…

La rentabilité des banques serait sous pression, à cause de la faiblesse des taux. Et des taux négatifs imposés par la Banque centrale européenne (BCE) pour les dépôts qu’y font les banques commerciales. Mais n’oublions pas que ces taux négatifs sont une incitation à prêter cet argent aux particuliers et aux entreprises. Bref, une incitation aux banquiers à faire leur boulot!

La rentabilité sous pression? C’est plutôt leur modèle économique qui l’est. Dans un contexte de crise, nous pourrions admettre que chaque acteur soit mis à contribution. Mais ce sont toujours les mêmes leviers et les mêmes recettes qui sont utilisés: des employés licenciés, des plans de restructuration, des clients qui paient de plus en plus pour toujours moins de services.

…mais pas les actionnaires

L’actionnaire, lui, semble être le seul à qui on ne demande pas d’effort. Que du contraire. Ces dernières années, les dividendes octroyés par la plupart des grandes banques sont en hausse constante. Bizarre dans un contexte de "crise" où des milliards d’euros doivent être investis dans la digitalisation. Tout dividende décaissé est en effet une occasion ratée d’investir.

Comme l’a démontré notre récente enquête de satisfaction, le mécontentement des épargnants ne cesse de croître à l’égard des grands acteurs du secteur. Le risque d’une rupture avec les générations actuelles et futures se profile désormais.

Réagissez en signant notre pétition

Nous dénonçons avec force les augmentations des tarifs bancaires et les suppressions progressives de certains services qui impactent tout particulièrement les personnes qui ne parviennent pas à suivre le train du "tout numérique" (ou ne le souhaitent pas). D’où le lancement de notre pétition Stop aux frais bancaires.

Signez ici la pétition

A ce jour, plus de 17 000 personnes ont paraphé ce texte. Il réclame entre autres un compte gratuit dans chaque banque et les retraits gratuits aux automates du réseau propre de la banque.

User name

Participer à la conversation

1 Commentaires

Réponse utile
User name
11-02-2019
JEAN-MARC ANSAY
Réponse utile

Bonjour, je suis chez Keytrade Bank depuis plusieurs années et je reçois 5 centimes par opération que j'effectue. Ils me versent donc entre 2.5 et 3.5 euros par mois. Aucun désagrément rencontrer.