News

Eco-chèques: fin en vue?

15 février 2017
ecochèques

15 février 2017
Des voix s’élèvent pour supprimer les éco-chèques. Il serait regrettable à nos yeux que ces incitants «verts» passent à la trappe. Quoi qu’il en soit, le consommateur ne peut pas en faire les frais et doit recevoir le même montant net sur son compte en banque.

Les éco-chèques sont un avantage extralégal en application dans le secteur privé, permettant à un travailleur d’empocher jusqu'à 250€ par an. Une manière de hausser le pouvoir d’achat. C’était l’occasion de stimuler l’achat de produits et de services durables et écologiques. Mais ça ne remporte pas un plein succès. Il serait toutefois regrettable à nos yeux que ces incitants «verts» passent à la trappe.

Chronique d’une mort annoncée

En pratique, les éco-chèques sont trop souvent difficiles à utiliser. On ne sait pas toujours clairement quels sont les produits ou les services qu’ils permettent d’acheter, et aucun label ne permet de les identifier de manière systématique. Il existe également des produits responsables sur le plan écologique que l’on ne peut pas payer avec les éco-chèques car tous les commerçants ne sont pas disposés à les accepter. En revanche, l’on peut se demander dans quelle mesure il est responsable de permettre l’acquisition d’un vélo de course ou de bois de chauffage provenant de Lituanie avec des éco-chèques.

Le fait que les chèques aient une durée d’utilisation limitée dans le temps est également un inconvénient.

Pour ces raisons, les éco-chèques sont souvent inutilisés et constituent dès lors une perte pour le consommateur.

Besoin d’une réflexion sur l’éco-fiscalité

Nous soutenons une politique visant à stimuler les achats respectueux de l’environnement. Mais une réflexion approfondie s’impose au sujet d’une éco-fiscalité cohérente et efficace.

Le système des éco-chèques tels que nous les connaissons actuellement doit être repensé. La préoccupation écologique initiale était noble, mais les éco-chèques tels que nous les connaissons actuellement ne sont probablement pas la bonne façon d’y parvenir.

Supprimer purement et simplement chaque incitant pour des achats respectueux de l’environnement n’est pas la bonne solution.

Quoi qu’il en soit, le consommateur ne peut pas faire les frais de la disparition des éco-chèques, il doit au moins obtenir le même montant net sur son compte.


Imprimer Envoyer par e-mail