News

Indice Test Achats: pouvoir d'achat en hausse en 2019, perspectives moroses pour 2020

21 avril 2020
baromètre test achats 2019

45 % des ménages belges n’ont pas rencontré de difficultés à honorer leurs dépenses quotidiennes l’an dernier, soit 6 % de plus qu'en 2018. C’est ce qui ressort du deuxième baromètre annuel de Test Achats. Mais bien évidemment, vu le contexte, les prévisions sont (beaucoup) plus sombres pour 2020.

Le pouvoir d'achat des belges s'est amélioré en 2019. En atteste le deuxième baromètre de Test Achats, mené auprès de 3488 Belges. Il a pour objectif de mesurer leur facilité/difficulté à honorer les dépenses quotidiennes. Sur la base de cette enquête, l’indice global Test Achats pour l'année 2019 s’élève à 53,8 ; pour 2018, ce chiffre était de 50,8.

Amélioration dans tous les domaines

Au total, 37 postes de dépenses regroupés dans six domaines principaux tels que la santé, l’alimentation ou les transports ont été étudiés. En 2019, 45 % des Belges n’ont pas rencontré de difficultés financières, soit 6 % de plus qu'en 2018. 64 % ont eu des difficultés à économiser l'année dernière, contre 68 % en 2018 ; une amélioration là aussi, de 4 % donc. Et comme l'année précédente, les couples sans enfants à charge étaient les mieux placés, tout comme les couples retraités ou les familles dont les deux partenaires ont un diplôme universitaire. 

Quelques chiffres moins réjouissants

Ces "beaux chiffres" ne valent malheureusement pas pour tout le monde. En 2019, de nombreux Belges ont aussi dû se serrer la ceinture. Non seulement en ce qui concerne la culture et les loisirs, mais aussi en matière de logement ou de soins de santé. Ainsi, de nombreuses familles ont encore du mal à se payer des lunettes, un appareil auditif ou des soins dentaires. 

Dans l'ensemble, 52 % des personnes interrogées disent avoir quelques difficultés à joindre les deux bouts, et 3 % de sérieuses difficultés. Un grand nombre de familles peinent à honorer les factures d'énergie (26 %), les factures télécom (22 %) ainsi que la viande et le poisson (21 %). En outre, 32 % des personnes interrogées rencontrent des difficultés de paiement pour le logement, 30 % pour le transport et 29 % pour les soins de santé.

Différences significatives

Les familles dont l'un des parents est au chômage sont les plus précarisées. La nature du diplôme est aussi déterminante : si aucun des parents n'a de diplôme universitaire, l’indice Test Achats s’élève à 47,1 ; contre 61,9 si les deux partenaires ont un diplôme universitaire.
Le lieu de résidence fait également la différence : en Flandre (indice 56,7), les habitants sont en moyenne mieux lotis qu'à Bruxelles (51) et en Wallonie (49).

Sombres perspectives d’avenir

L’enquête de Test Achats, menée en décembre dernier, s’est également intéressée aux attentes des ménages pour 2020. La majorité (60 %) ne s'attendait à aucun changement dans leur situation financière, 28 % à une détérioration et 12 % à une amélioration.

Mais bien évidemment, en raison de la crise du coronavirus et du chômage (temporaire) massif qu'elle entraîne, les chiffres définitifs pour 2020 devraient être beaucoup plus sombres.

User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question.

Commentaires

Soyez le premier à commenter