News

Les consommateurs méritent d'être mieux protégés contre le phishing

15 mars 2022

Le secteur financier laisse trop souvent sur le carreau les victimes de phishing et ne fait pas preuve de transparence sur le nombre exact de cas de phishing et les détails de leur résolution. Nous demandons que les banques soient obligées de publier des chiffres concrets à ce sujet. Ce n'est que de cette manière que nous pourrons mieux protéger les consommateurs.

Dans le cadre de la Journée mondiale des droits des consommateurs, ce 15 mars, nous attirons l'attention sur la nécessité d'une meilleure protection contre le phishing. Grâce à notre ligne d'assistance, nous constatons que le nombre de victimes de fraudes sur internet ne cesse d'augmenter et que les escrocs sont de plus en plus ingénieux. Trop souvent, les consommateurs ne parviennent pas à échapper au piège. Les institutions financières sont également trop souvent mises devant le fait accompli, malgré des investissements supplémentaires en matière de sécurité numérique.

Le consommateur n'est pas le seul responsable

L'année dernière, nous avons formulé un certain nombre de solutions pour contrer les tentatives de phishing. Certaines d'entre elles ont été adoptées par les responsables politiques, comme le projet de loi prévoyant une vérification obligatoire de l'IBAN pour chaque virement bancaire.

Aujourd'hui, nous appelons à une meilleure protection contre le phishing et préconisons de nouveaux efforts. Quiconque souhaite effectuer ses opérations bancaires en 2022 doit s'adapter à la numérisation. Mais les paiements sur internet comportent des risques, comme le phishing. Nous trouvons inacceptable que les banques invoquent le plus souvent la responsabilité individuelle du consommateur. Dans de nombreux cas, les banques refusent d’indemniser les victimes de fraude sans pour autant avoir démontré qu’elles auraient été négligentes, en allant même à l’encontre de l’avis rendu par l’Ombudsfin en la matière. 

La nécessité d'une transparence accrue

Nous allons porter devant les tribunaux un certain nombre de cas concrets de victimes, afin de créer une jurisprudence qui puisse être utile dans le contexte de la protection des consommateurs.

Nous demandons également plus de transparence de la part du secteur bancaire. Les seuls chiffres disponibles sur le phishing sont publiés par Febelfin. Nous ne pouvons pas nous contenter des chiffres d'une fédération professionnelle pour un sujet d'intérêt général. Il n'y a aucune transparence sur le nombre exact d'incidents de phishing, détaillés par type de fraude et par institution bancaire, ni sur le montant des dommages et l'indemnisation des victimes.

Une meilleure protection commence par l'obligation de publier le nombre annuel d'incidents de phishing par institution financière. C'est essentiel pour mesurer les évolutions et prendre les mesures nécessaires. En outre, ces chiffres doivent être soumis à une autorité indépendante. Une méthode qui est déjà utilisée en France.

Besoin d'aide ?

Vous avez été victime de phishing et vous avez besoin d'aide ? Les experts de notre service d'assistance sont à votre disposition, tous les jours ouvrables de 9h à 12h30 et de 13h à 17h (16h le vendredi) au 02 542 33 33.

Appelez le 02 542 33 33

Si vous voulez en savoir plus sur le phishing, comment y échapper et ce qu'il faut faire si vous en êtes victime, consultez notre dossier complet.