News

Prix arrondis : pourquoi étendre aux paiements électroniques?

06 août 2015
Prix arrondis : pourquoi étendre aux paiements électroniques?

06 août 2015

Depuis le 1er octobre 2014, les commerçants peuvent arrondir le montant total du ticket de caisse « à 0 ou 5 cents », lors des paiements en cash. On parle maintenant d’étendre la mesure aux paiements électroniques. Nous nous opposons à cette extension que rien ne justifie ! 

Fin 2014 est entrée en vigueur une loi permettant aux commerçants d’arrondir le montant des tickets de caisse à 0 ou à 5 cents quand les clients payent en liquide. Lorsque les commerçants appliquent cette méthode, ils doivent alors l’indiquer clairement au moyen d’un pictogramme. L’objectif de cette loi est de réduire la circulation des pièces de 1 et 2 cents qui encombrent les commerçants et (parfois) les consommateurs et coûtent cher à l’Etat. En pratique :
  • Le montant total à payer se termine par 1, 2, 6 ou 7 cents ? Il sera arrondi au multiple de 5 cents inférieur le plus proche : 56,32 € doit être arrondi à 56,30 €.
  • Le montant total à payer se termine par 3, 4, 8 ou 9 cents ? Il sera arrondi au multiple de 5 cents supérieur le plus proche: 56,33 € doit être arrondi à 56,35 €. 

Uniquement par cash

Il est logique que la loi ne s’applique qu’aux paiements en cash et non aux paiements électroniques où les petites pièces ne gênent pas. D’ailleurs les deux seuls pays ayant appliqué cette mesure, les Pays-Bas et la Finlande, ne l’ont appliquée que pour les paiements en liquide et cela satisfait tout le monde.

Système impraticable ?

Toutefois, il est des acteurs pour affirmer l’impraticabilité d’un système où tous les paiements ne seraient pas concernés. Ils craignent que le consommateur ne choisisse à chaque fois la solution la plus avantageuse et fasse perdre de l’argent au commerçant. C’est tout à fait irréaliste !

Extension injustifiée

La presse relaye actuellement le souhait d’étendre l’arrondissement des prix aux paiements par carte. Nous nous y opposons fermement, trouvant que rien ne justifie la mesure. En outre, nous avions déjà dit haut et fort en 2014 qu’une bonne information était indispensable pour faire comprendre les implications de l’arrondi et éviter les inquiétudes des consommateurs et de tous les acteurs. Or, il n’y a eu aucune campagne d’information digne de ce nom ! Commençons par promouvoir la loi existante qui est cohérente au vu de son objectif et nous rencontrerons le même succès que nos voisins.