Communiqué

Baromètre TA: Paradoxalement, le pouvoir d’achat d’une majorité des ménages a grimpé en 2020 malgré la crise

12 mars 2021

Le 3e grand sondage annuel de Test Achats montre qu’une majorité des ménages belges a plus facilement fait face aux dépenses en 2020 qu’en 2019. Malheureusement, dans l’autre sens, la crise a eu pour effet de renforcer un peu plus les inégalités, et une minorité des ménages a été directement et durement impactée par la crise.  

3e baromètre, 3ème indice ...

Pour la journée internationale des droits des consommateurs, Test Achats publie son troisième baromètre sur le pouvoir d’achat des belges. Celui-ci analyse la facilité avec laquelle les ménages belges font face à six grands domaines de dépenses : logement, mobilité, soins de santé, alimentation, éducation, et culture et loisirs.

Le baromètre de Test Achats montre que, dans leur ensemble, les ménages belges ont plus aisément payé leurs produits et services en 2020 qu’en 2019. L’indice global Test Achats a progressé de 2,3 points, passant de 53,8 à 56,1. Selon les données récoltées, on rencontre de grandes difficultés financières en dessous d’un seuil de 33,1 et on vit confortablement au-dessus d’un indice 57,1.

Pour l’année 2020, 50 % des sondés (c’est 5 points de plus par rapport au baromètre 2019) jugent qu’ils n’ont pas rencontré de difficultés financières dans les six grands domaines de dépenses, 47 % (-5 points) qu’ils en ont rencontré parfois et 3 % qu’ils en ont toujours, voire que ces dépenses sont impossibles à honorer.

 

Renforcement des inégalités

L’indice de Test Achats concerne la population prise dans son ensemble. Mais les restrictions et fermetures liées à la pandémie ont induit une fracture entre ceux qui ont continué à travailler normalement et ceux dont l’activité professionnelle a baissé, voire a cessé. Etant donné que les ménages qui ont été financièrement touchées par la pandémie ne représentent que 29 % de la population, la tendance générale est positive, ce qui explique l’évolution favorable de l’indice global. “Selon notre baromètre 2020, 71 % des belges jugent que la crise n’a pas impacté leurs revenus, mais 7 % déclarent qu’ils ont été rabotés de plus de 25 %. Pour les premiers, l’indice Tests Achats se situe à 59,9 ; pour les seconds, il n’atteint que 45,8. On le voit, la crise a malheureusement renforcé les inégalités” détaille Julie Frère, porte-parole de Test Achats.

Ce constat s’impose aussi lorsque l’on voit que ceux dont les revenus n’ont pas été impactés ont pu faire davantage d’économies. 23 % des répondants ont jugé qu’économiser avait été facile ou très facile en 2020, contre 17 % un an plus tôt. Et la proportion de ceux pour qui la chose était très difficile voire impossible est passée de 37 % en 2019 à 31 % en 2020. Cela apparaît également dans les chiffres du taux d’épargne qui n’a cessé d’augmenter en 2020 : + 9 %. Autant d’argent disponible pour d’autres dépenses ...

La composition du ménage a également un impact sur l’indice Test Achats. Les plus précarisés demeurent les parents isolés avec mineurs (indice 42,7 en 2020 ; 43,1 en 2019) et les familles où l’un des deux parents est sans emploi (indice 43,2 en 2020 ; 45,4 en 2019). Par contre, la situation restait bonne, et s’est même améliorée, pour les retraités (60,6 en 2020 ; 57,5 en 2019) et pour les familles composées de deux adultes et deux enfants (56,6 en 2020 ; 52,2 en 2019).

 

Moins de dépenses, mais certaines plus douloureuses que d’autres

L’évolution favorable de l’indice Test Achats s’explique notamment par le confinement, les fermetures de magasins, lieux de culture, et restrictions de mobilité, qui ont induit une diminution voire une disparition temporaire de certaines dépenses. Elle peut également s’expliquer en partie par les diverses aides étatiques qui ont permis d’amortir quelque peu le choc pour une partie des travailleurs.

En effet, même pour les ménages qui ont des difficultés à faire face aux dépenses, la situation s’est améliorée l’an dernier, notamment dans les domaines des soins de santé, du logement et de la mobilité. A contrario, l’alimentation est le domaine devenu à la fois plus important aux yeux des consommateurs et plus difficile à financer pour certains ménages.

 

Un peu plus pessimistes pour 2021

Test Achats a également demandé aux Belges de prédire l’évolution de leur pouvoir d’achat en 2021. Résultat ? 57 % des répondants pensent que leur situation ne se modifiera pas, 29 % qu’elle se détériorera et 14 % qu’elle s’améliorera.

Accès presse

Pour avoir accès à tous les contenus en tant que journaliste, nous vous demandons de nous envoyer un e-mail.