Communiqué

Phishing: Test Achats demande aux banques des actes plus que des paroles

15 novembre 2021
fishing

Test Achats salue et soutient la demande de la secrétaire d'État à la Protection des consommateurs  d’une réaction plus rapide du secteur bancaire dans les dossiers de phishing. 

Début du mois de juin dernier, Test Achats avait déjà interpellé une trentaine de banques à ce sujet. L’organisation de consommateurs avait envoyé un formulaire reprenant plusieurs questions sur la politique des banques en matière de phishing.  Une de celles-ci portait sur les mesures à disposition des clients qui constatent ou craignent des virements non autorisés sur leur compte. Peuvent-ils bloquer le compte eux-même pour empêcher tout mouvement ultérieur ?
Peuvent-ils demander qu’il soit bloqué ? Ces procédures sont-elles accessibles 7/7j et 24/24h ? Les transactions deviennent-elles immédiatement impossibles ?

Malheureusement, les banques n’ont jamais répondu à ce questionnaire, se retranchant toutes derrière Febelfin. La fédération du secteur bancaire s’était engagée à y répondre. Jusqu’à présent l’organisation de consommateurs attend toujours cette réponse.

Dans l’intervalle, les chiffres publiés par Febelfin au sujet du phising ont explosé. Il ressort par ailleurs d’un sondage mené par Test Achats auprès de 1.300 consommateurs que pas moins de 80 % de la population a déjà été confrontée à cette pratique frauduleuse. La part du lion revient au phishing par e-mail (52,7 %), suivi par la fraude par SMS (47,6 %). Les escroqueries par téléphone complètent la liste peu attrayante avec 26,8 % suivies par les applications telles que Messenger ou WhatsApp avec 18,4 %.

Dans ce contexte inquiétant, il est urgent que les différents acteurs du secteur bancaire, politiques ainsi que les représentants des consommateurs collaborent afin de protéger au mieux les consommateurs contre ces pratiques frauduleuses” déclare Julie Frère, porte-parole de Test Achats.

Accès presse

Pour avoir accès à tous les contenus en tant que journaliste, nous vous demandons de nous envoyer un e-mail.