dernier update: 04-05-2020

Tarif prosumer en Wallonie : en 2020 mais quand??

Le gouvernement wallon voulait reporter à 2025 l’application du tarif prosumer. Mais le régulateur de l'énergie, la CWaPE, ne l’a pas entendu de cette oreille. En principe, les détenteurs de panneaux solaires devaient passer à la caisse dès janvier 2020 pour l’utilisation du réseau.  Avant qu'un enième rebondissement ne survienne... A priori ce serait pour le mois de mai...?

Notre analyse : https://www.test-achats.be/maison-energie/energie-renouvelable/news/tarif-prosumer-confirme-wallonie

User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question.

3 Commentaires

trier par :
Vous n'êtes pas connecté. Se connecter
23-03-2020

J'ai toujours dit qu'il était correct de participer aux frais d'entretien du réseau que nous utilisons tant que le compteur tourne à l'envers !
Mais le montant et la manière de le calculer me semble non seulement exorbitant, mais aussi infondé.
Trop élevé car le triple du montant maximum correct. En effet, il devient plus rentable de quitter le réseau au delà du tier du montant proposé.
Infondé, car ne tenant aucunement compte de l'empreinte carbonée du logement.
De plus, un préavis de minimum 3mois me semble correct pour permettre aux désireux de prendre les mesures nécessaires s'ils veulent quitter le réseau de distribution.
À bon entendeur...

Vous n'êtes pas connecté. Se connecter
04-05-2020
, a répondu:

La suite de mon commentaire
Bon, je suppose qu’à présent, tous les propriétaires de panneaux photovoltaïques vont commencer à calculer afin savoir si ce qu’on va désormais leur facturer, les coûts du courant prélevé plus la taxe prosumer sera supérieure à la seule facturation du courant prélevé sans tarif prosumer. Si c’est le cas il conviendra sans doute de déconnecter les panneaux solaires du réseau afin de ne plus payer que le courant prélevé sans devoir en plus payer une taxe pour « possession » de panneaux photovoltaïques. Quelle belle avancée dans le cadre de la lutte contre le changement climatique. Et ce sont des politiques (Ministre Henry) qui se revendiquent écolos ???
L’autoconsommation (sans injection de courant sur le réseau) pourrait permettre dans ce cas de figure de limiter au mieux par l’autoconsommation le prélèvement de courant sur le réseau mais également dans ce cas sans rajouter les coûts supplémentaires d’une taxe qui pourrait de cette manière être évitée. La production supplémentaire (non autoconsommée par le producteur) sera perdue (pour tous) à moins de pouvoir la stocker à moindre coût dans des batteries ce qui en Belgique ne semble pas encore actuellement avantageux.
Le ministre prévoit également de récompenser les propriétaires qui auto consomment le plus. Il suffit d’installer dans ce cas un chauffage électrique et chauffer sans véritable besoin pour autoconsommer le courant produit (ou un climatiseur ou autre appareil consommant beaucoup de courant) pour « améliorer » son taux d’autoconsommation. Comment vont-ils savoir si le taux d’autoconsommation ne résulte pas d’un « gaspillage » de courant ?
Attendons de voir « l’intelligence » de nos décideurs dans ce domaine… Quand on peut faire simple on peut faire simple… Mais bon, ce n’est pas forcément la manière dont nos hommes politiques gèrent les choses.

Vous n'êtes pas connecté. Se connecter
04-05-2020
, a répondu:

Tarif prosumer et informations
Par manque de bonnes informations, on lit beaucoup de choses erronées dans la presse concernant le tarif appliqué aux propriétaires de panneaux photovoltaïque. Ainsi ce lundi 4 mai 2020, dans la libre Belgique dans un article de Laurent Lambrecht on peut lire ceci :
« Le tarif prosumer consiste à faire payer des tarifs de distribution d’électricité aux propriétaires de panneaux lorsqu’ils prélèvent de l’électricité sur le réseau. Comme tout le monde. En résumé c’est la fin du compteur qui tourne entièrement à l’envers (frais de réseau, taxes et électricités inclus). »
Nous pouvons constater ici que le journaliste n’a pas bien compris (ou ignore) la tarification actuelle de l’électricité. Tous les citoyens, y compris les propriétaires de panneaux photovoltaïques paient à l’identique le tarif de fourniture de l’électricité à partir du moment où ils prélèvent du courant sur le réseau. Ainsi quand le compteur tourne à l’endroit pour les propriétaires de panneaux photovoltaïques (la nuit, quand il y a moins de soleil –surtout l’hiver-, les jours avec fortes nébulosités, etc.), la facture augmente pour eux aussi.
Cependant quand les panneaux produisent plus d’électricité que ce que le détenteur consomme à son domicile, le compteur tourne à l’envers et diminue d’autant le montant de la facture. Les kilowatts injectés compensent les kilowatts prélevés (et non pas l’inverse). Cette disposition, après l’instauration du tarif prosumer, à ma connaissance, reste toujours d’application pour les propriétaires de panneaux en Région Wallone. Ce n’est plus le cas à Bruxelles et en Région flamande. Ce n’est donc pas ce qu’écrit le journaliste.
Dans notre cas, c’est en quelque sorte comme si le propriétaire de panneaux photovoltaïque payait son électricité en nature en remboursant l’électricité prélevée par de l’électricité injectée. Si l’installation est dimensionnée de telle sorte qu’il compense entièrement ce qu’il consomme (sur une année), sa facture se limite aux coûts du raccordement (le compteur). Il est cependant à noter que le courant injecté sur le réseau par le propriétaire de panneaux solaires a un coût pour celui-ci, puisqu’il a investi et payé les panneaux solaires et leur installation. Ce n’est donc pas une injection gratuite de courant sur le réseau de la part des propriétaires de panneaux solaires ! Pourtant, ils ne sont pas indemnisés pour cette production et injection de courant (la modalité du compteur tournant à l’envers peut cependant être considérée comme un système de compensation pour les propriétaires de panneaux produisant et injectant du courant sur le réseau. Le terme « Prosumer » est en effet bien la contraction de « producteur » et « consommateur »).
Cependant ce qu’ils injectent est pourtant vendu par d’autres opérateurs qui en reçoivent le paiement de la part des consommateurs (y compris de la part des propriétaires de panneaux auxquels on facture le courant que dans ce cas ils ont eux-mêmes produits à leur frais). L’État également prélève les taxes et autres redevances de distribution sur ce courant injecté et consommé par ailleurs… La taxe prosumer pour utilisation du réseau serait dans ce cas une double taxation pour un même service…
Le journaliste complète son explication par ceci :
« Un prosumer ne peux donc plus prélever gratuitement le soir l’électricité qu’il a injecté sur le réseau la journée ».
Comme nous l’avons écrit cela n’a jamais été le cas. Le courant prélevé la nuit fait tourner le compteur à l’endroit et ces kilowatts prélevés le sont au tarif de prélèvement appliqué à tous y compris donc les propriétaires de panneaux solaires ! En l’occurrence, le tarif heure creuse si le consommateur possède un compteur bi-horaire ou le tarif normal si le consommateur dispose d’un compteur mono-horaire.
Il faut voir à présent ce que nos « élites » politiques vont prévoir comme méthodes de compensation. Quand on entend ce que dit le Ministre Henry qui envisage « des équipements de domotique qui permettent à un frigo de fonctionner quand les panneaux produisent » on reste dubitatif sur la capacité du Ministre à prendre de bonnes décisions… Il suppose sans doute que les propriétaires de panneaux arrêtent leurs frigos à certains moments de la journée ???
Ses capacités de compréhension lui permettent-elles de bien appréhender les différences de production solaire d’électricité et de consommation électrique entre le jour et la nuit ? Entre la période estivale et la période hivernale ? Les jours de pluies et les jours de plein soleil ? Que se passera-t-il en périodes estivales lorsque les propriétaires de panneaux seront en vacances hors de leurs domiciles ? La domotique lancera-t-elle inutilement les machines à laver le linge, les lave-vaisselles, les aspirateurs, TV, radios, etc durant les journées ensoleillées ???
Bon, je suppose qu’à présent, tous les propriétaires de panneaux photovoltaïques vont commencer à calculer afin savoir si ce qu’on va désormais leur

eu
Ce projet a reçu un financement du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’UE, dans le cadre de ma convention de subvention n°749402.
L’UE n’est pas responsable des informations diffusées ni de l’usage qui en est fait.