Comment nous testons

Comment nous testons les poêles antiadhésives

24 janvier 2022

Au labo, nous vérifions si la chaleur se répartit de manière homogène sur le fond des poêles, si elles sont confortables et sûres à utiliser et si leur revêtement antiadhésif est solide et reste intact à l’usage.

Comment nous testons

Lors de nos tests de poêles antiadhésives en labo, nous ne nous contentons pas d’examiner les propriétés antiadhésives et la durabilité de leur revêtement. Nous vérifions également si la chaleur se répartit bien sur le fond et si ce dernier ne se déforme pas à chaud. En outre, nous passons au crible la sécurité thermique et la facilité d’utilisation.

 

Répartition de la chaleur

 

Une répartition uniforme de la chaleur sur le fond est essentielle pour garantir une cuisson uniforme des aliments dans toute la poêle. Dans le cas contraire, les aliments pourraient n’être cuits qu’au centre et pas sur les côtés de la poêle.

Pour le vérifier, nous faisons chauffer les poêles à une température de 180°C, tant sur une plaque vitrocéramique que sur une plaque à induction. Un thermomètre nous permet de vérifier comment la poêle prend la chaleur en différents endroits pour ensuite en mesurer les différences. Plus la différence entre la température la plus élevée et la température la plus basse mesurée est faible, mieux c'est, car cela signifie que la poêle diffuse la chaleur de manière uniforme.

 

Test antikleefpan gelijkmatige warmteverdeling Test antikleefpan met ongelijkmatige warmteverdeling

Dans l’exemple de gauche, nous n’avons pu mesurer que 13° C de différence entre la zone la plus froide et celle la plus chaude (bonne répartition de la chaleur). À droite, on a pu mesurer près de 80°C de différence entre la zone la plus froide et la plus chaude (mauvaise répartition de la chaleur).      

 

L’épreuve des crêpes

Outre la mesure de la température, nous testons également la répartition de la chaleur via l’épreuve des crêpes. Nous mettons un peu de graisse dans chaque poêle et nous y faisons cuire 4 crêpes d’exactement 55 ml de pâte à 200°C.

Nous ne comptons pas la première crêpe, mais examinons avec soin les trois suivantes. En surveillant les irrégularités et l’homogénéité (ou pas) de la coloration, nous pouvons évaluer la bonne (ou mauvaise) répartition de la chaleur.

 

Durabilité de la couche antiadhésive

 

Pour tester la façon dont le revêtement antiadhésif réagit à une utilisation intensive, nous plaçons chaque poêle deux fois sur un plateau tournant incliné.

Nous y collons un morceau de revêtement et la remplissons une fois avec des billes métalliques, puis un abrasif léger et enfin du sable. Ensuite, nous les faisons bouger sur le plateau pendant une demi-heure. Le temps que le mélange puisse abraser le fond.

 

La différence constatée sur le fond de la poêle par rapport à la bande adhésive collée indique le degré d’usure du revêtement.

Test duurzaamheid antikleeflaag

Exemple d’une poêle dont le revêtement est endommagé et s’écaille suite au test. La différence avec le revêtement d’origine est bien marquée.

 

Stabilité du fond

 

Pour tester la solidité du fond, nous soumettons la poêle à des chocs de température. Nous faisons chauffer le fond à 200°C et remplissons la poêle à moitié avec de l’eau du robinet à 20°C. Après 10 de ces chocs thermiques, nous vérifions si le fond de la poêle est resté parfaitement plat. 

 

 

Exemple de fonds de poêles déformés, concave ou convexe, après les chocs thermiques.

 

Propriétés antiadhésives

 

Pour vérifier dans quelle mesure le revêtement antiadhésif remplit bien son rôle, nous faisons cuire des œufs à 100°C pendant 1 minute et 40 secondes dans la poêle. Ensuite, nous mesurons avec quelle facilité ils se détachent avec une simple spatule en plastique.

Nous répétons ce test trois fois au total : d’abord avec une poêle à l’état neuf, ensuite quand elle a déjà subi un et deux tests d’usure. À chaque fois, nous réalisons ce test avec et sans matière grasse.

 

Antikleeftest van pan

Exemple d’une poêle dans laquelle il reste des résidus d’œuf après le test.

 

Sécurité

 

Pour cette partie du test, nous vérifions si la température de la poignée ne dépasse pas les normes imposées. Ces normes de sécurité varient selon le type de matériel : un manche en métal peut chauffer jusqu’à 55°C au maximum, un manche en caoutchouc ou en plastique peut monter jusqu’à 70°C maximum et un manche en bois jusqu’à 89°C.

 

Ergonomie

 

Enfin, nous évaluons dans quelle mesure les poêles sont confortables en main. Pour cela, nous tenons compte du poids de la poêle, du matériau et de la forme de la poignée. Nous vérifions si cette dernière est ergonomique, suffisamment longue et si elle offre une prise correcte. Une fixation en V sur la poêle et une zone de prise en main définie au bout de la poignée sont considérées comme des atouts supplémentaires.