Dossier

Les lessives et leur impact sur l'environnement

20 octobre 2016
Les lessives et leur impact sur l'environnement

20 octobre 2016

On pourrait croire que les produits de lessive couleurs ou pour les textiles délicats sont moins polluants car moins agressifs. Faux ! Ces lessives polluent, tout comme les détergents universels. Pour préserver la nature, il faut laver mieux.

Pour une lessive plus verte et plus économique

  • Mieux vaut un détergent contenant moins d'ingrédients nocifs mais nécessitant un peu plus de produit par machine que l'inverse. L'idéal étant évidemment de combiner les deux. Surtout que vous pouvez réaliser de sérieuses économies.
  • Maîtrisez l'art du dosage : de nombreux consommateurs utilisent plus de produit que nécessaire. En attendant la machine intelligente qui pèsera le linge, évaluera sa saleté et la dureté de l'eau, fiez-vous aux instructions du fabricant, et diminuez graduellement les doses de manière à cerner la quantité optimale.
  • Lavez moins : certes, il y a certains vêtements qui doivent être lavés après avoir été portés une fois. Mais il y en a aussi qui ne sont pas vraiment sales et ne nécessitent qu'une petite "aération". En ne lavant un vêtement qu'après avoir été mis 3 fois au lieu d'une, vous économisez 66 % de détergent. Sans oublier que vous protégez également le textile.

Ingrédients : leur action, et leurs méfaits

Ça n'a l'air de rien comme ça, mais un petit gramme d'ingrédient nocif dans un produit de lessive, c'est 3 100 kg dans les eaux usées à la fin de l'année ! Et rien qu'en Europe, où l'on produit plus de 3 millions de tonnes de détergents lessiviels par an. La plupart de ces ingrédients n'étant pas ou peu biodégradables, ils s'accumulent dans les eaux de surface, le sol, et même dans les organismes vivants (poissons... êtres humains). Le problème c'est qu'une fois dans la nature, il est impossible de s'en débarrasser. D'où la nécessité de limiter un maximum leur usage. 

  • Agents tensioactifs : ce sont les successeurs du bon vieux savon, plus efficaces, mais aussi plus polluants. Certains, comme le LAS, sont très toxiques pour la vie aquatique. L'emploi de LAS est d'ailleurs interdit en Suède. 
  • Agents de blanchiment : on utilise généralement deux produits pour obtenir l'effet blanchissant, percarbonate, non nocif, et le perborate, qui lui, est nocif pour l'environnement.
  • Polymère anti-redéposition : pour éviter que les saletés dissoutes dans l'eau se redéposent ensuite sur le linge, entraînant une couleur grise, les fabricants utilisent des agents anti-redéposition, tels que CMC (Carboxyméthylcellulose). Cette substance est parfois considérée comme non-écologique, mais dans une moindre mesure que les autres ingrédients. 
  • Adoucissants et agents complexes : leur but est d'adoucir l'eau pour augmenter l'efficacité de la lessive. Parmi eux, des substances non biodégradables, présentes dans quelques produits, comme les phosphonates, les polycarboxylates ainsi que l’EDTA. Le NTA, lui, est une substance cancérigène. Une fois rejeté dans un cours d’eau, il risque de se lier aux métaux lourds présents dans la vase, ce qui "libère" ces derniers dans l'eau et leur ouvre les portes de notre chaîne alimentaire. 
  • Solvants : il s'agit de substances toxiques telles que les paradichlorbenzène, phénol ou phénols halogènes. 
  • Conservateurs : certaines lessives contiennent du formaldéhyde, une substance reconnue cancérigène. 
  • Parfums : de nombreux produits contiennent des muscs, fragrances non biodégradables et véritables fléaux car largement utilisées dans l'industrie. D'autant plus inacceptable qu'il existe des solutions de rechange.


Imprimer Envoyer par e-mail