News

AB Inbev reçoit une amende. Et le consommateur?

16 mai 2019

16 mai 2019
Pendant des années, AB Inbev a abusé de sa position dominante sur le marché belge en empêchant l’importation de sa bière phare, la Jupiler, en provenance des Pays-Bas, à des prix inférieurs à ceux pratiqués chez nous. La Commission européenne a infligé une amende de 200 millions d'euros au géant de la bière, mais nous pensons que le consommateur lésé doit aussi être indemnisé.

De février 2009 à octobre 2016, AB InBev a vendu sa bière phare "Jupiler" moins chère aux Pays-Bas qu’en Belgique. Cela va à l'encontre des règles européennes de la concurrence et la Commission européenne a condamné la brasserie à une amende de 200 millions d'euros. Toutefois, cette amende ne vise pas à indemniser le consommateur qui a payé trop cher sa bière pendant plus de sept ans. Avec AB InBev, nous souhaitons explorer les possibilités d'indemnisation du consommateur lésé.

Réduction de l'amende en échange d'une coopération

AB Inbev a coopéré avec la Commission européenne pendant l’enquête, notamment en reconnaissant expressément les faits et l'infraction aux règles de concurrence de l'UE et en proposant une mesure corrective. Ceci lui a permis de bénéficier d’une réduction de 15 % de l’amende infligée. 

Comme l’amende n’a pas pour but d’indemniser les consommateurs belges, nous demandons au géant brassicole comment il compte les indemniser pour le surcoût payé pendant plus de 7 ans. Nous sommes déjà prêts à rencontrer AB InBev pour discuter des différentes options possibles pour indemniser les premières victimes de cette pratique. La question est de savoir si AB InBev est tout aussi disposé à travailler avec nous pour trouver une solution.

Manipulé par une étiquette

La brasserie a vendu la Jupiler moins chère à nos voisins du Nord, car la concurrence est plus vive aux Pays-Bas. Cela n'est pas une violation en soi. Par contre, le fait qu'AB InBev a tout fait pour empêcher que la bière moins chère destinée aux Pays-Bas ne soit vendue en Belgique est une infraction.

Pour ce faire, AB InBev a par exemple apposé une étiquette mentionnant uniquement des informations en néerlandais sur la bière destinée à nos voisins. Cette bière ne pouvait donc plus être vendue dans notre pays, car en Belgique les informations doivent être mentionnées en français et en néerlandais. Une stratégie consciente.