News

Solidarité avec les travailleurs de l'industrie textile du Bangladesh

31 janvier 2019

31 janvier 2019
Le consommateur belge est de plus en plus sensible à la qualité sociale de ses vêtements. Nous avons donc manifesté aujourd'hui devant l'ambassade du Bangladesh, en solidarité avec des travailleuses et travailleurs qui réclament des usines sûres, des salaires décents et l’arrêt de la répression.

17 associations, emmenées par achACT (Actions Consommateurs Travailleurs), ont participé à cette manifestation. Elle s'intègre dans une semaine mondiale de solidarité avec les travailleurs de l'industrie du vêtement au Bangladesh. Le 29 janvier déjà, une délégation avait été reçue par l'ambassadeur du Bangladesh, lequel s'était engagé à transmettre nos préoccupations à son gouvernement.

Notre participation à ces événements relève d'un constat: les consommateurs belges sont de plus en plus sensibles à la qualité sociale de leurs vêtements. Ils ont la volonté et le droit de savoir dans quelles conditions ils sont fabriqués.

Manifestation Bangladesh

Les motifs de la mobilisation

Depuis novembre 2018, l’Accord sur la sécurité des bâtiments d’usines est mis en péril par une procédure devant la Cour suprême du Bangladesh . Cet accord avait été signé au lendemain de l’effondrement du Rana Plaza qui a tué 1134 travailleurs le 24 avril 2013.

Les inspections et la mise en conformité des usines ont permis d'augmenter la sécurité anti-incendie, électrique et structurelle de plusieurs milliers d’usines d’habillement dans le pays, et donc la sécurité de millions de travailleurs.

Mais l’incertitude qui règne sur l’avenir de l’Accord met en péril ces avancées. Prévenir un nouveau drame nécessite en effet deux prérequis : les bâtiments doivent être contrôlés régulièrement et minutieusement et les travailleurs doivent être libres de s’exprimer et de s’organiser.

Salaires de misère et violences

En décembre dernier, des milliers de travailleurs sont descendus dans les rues, mécontents de la récente révision salariale. Pour certains, elle s'est traduite par quelques… centimes d’euros de plus sur leur fiche de paie.

Les manifestations ont été violemment réprimées par la police. Plus d’un millier de travailleurs ont été licenciés pour leur participation; des dizaines d’autres, y compris des représentants syndicaux, ont été arrêtés et font maintenant l'objet d'accusations factices pouvant entraîner de lourdes peines de prison.

Il faut plus de transparence !

En novembre dernier, le Parlement européen a approuvé une résolution appelant le gouvernement du Bangladesh à agir d’urgence pour empêcher la détérioration rapide des droits humains des travailleurs de l’habillement dans ce pays.

Avec les consommateurs belges, nous nous inscrivons dans la même ligne. En avril 2017 déjà, nous avions participé à une action d'achACT pour réclamer à la Commission européenne des mesures légales imposant davantage de transparence dans la chaîne d'approvisionnement de l'industrie textile.