News

Booking et Cie : les hôteliers plus libres

31 juillet 2018

31 juillet 2018

Le gouvernement veut interdire en Belgique les clauses de parité, qui obligent les hôteliers à pratiquer en direct les mêmes tarifs que sur les plateformes de réservation auprès desquelles ils sont affiliés. Nous soutenons cette décision, qui offre plus de liberté au secteur et de meilleurs prix au consommateur..

Booking.com et Expedia, par exemple, sont désormais des acteurs majeurs dans le paysage hôtelier. Il est vrai que ces plateformes de réservation ont révolutionné le secteur en offrant, tant aux hôteliers qu’aux clients, un outil fort utile : visibilité des offres, comparaison des prix, avis d’utilisateurs, réservation, tout cela est désormais à portée de clic.

Du clic au couac, il n’y a qu’un pas

Hélas pour les hôteliers, l’adhésion à ces plateformes implique d’accepter une clause de parité. Derrière cette expression se cache une réalité très simple : le commerçant s’engage à ne pas publier sur son site des tarifs plus avantageux. Et c’est là que le bât blesse: comme ils versent à la société une commission qui tourne autour de 15%, la tentation est grande de louer en direct.

Les hôteliers se rebiffent, le gouvernement tend l’oreille

Sensible aux doléances des hôteliers, le gouvernement désire interdire de telles clauses, qui seront nulles, même si elles datent d’avant l’entrée en vigueur de la nouvelle loi. A noter que la date de cette entrée en vigueur n’est pas encore connue. Enfin, ce principe existe déjà dans des pays comme la France, l’Allemagne, l’Italie et l’Autriche. Nous nous réjouissons de l’introduction de ce principe en Belgique. Quoi qu’il en soit, rien ne vous interdit de téléphoner dès maintenant à l’hôtel de votre choix, dans l’espoir d’obtenir une réduction verbalement.

Si vous avez une plainte à formuler concernant un voyage, une réservation ou un vol, par exemple, n'hésitez pas utiliser notre module de plainte.

Une question ? Une plainte ?