News

Facebook condamné en Allemagne pour sa collecte massive de données

08 février 2019

08 février 2019
Une fois de plus, Facebook est pointé du doigt pour non-respect des règles en matière de collecte et traitement de données personnelles. L’autorité de la concurrence allemande reproche au géant du web d’abuser de son monopole sur la collecte massive et non consentie d’informations, y compris en dehors de sa plateforme.

C’est au tour de l’Allemagne de pointer du doigt les activités de Facebook, à commencer par ses méthodes de collecte de données. Le Bundeskartellamt, l’autorité fédérale allemande de la concurrence, vient en effet de présenter le rapport de son enquête visant le réseau social.

Les conclusions sont accablantes : accusé d’abus de position dominante en raison de sa capacité hors-normes de collecte et de traitement des données, Facebook pourrait bien être contraint de réaménager, voire suspendre, certaines de ses activités à l’avenir.

Pas d’amende financière mais une interdiction ambitieuse

Bien qu’aucune amende financière n’ait été prononcée, Facebook a immédiatement décidé de faire appel de la décision du Bundeskartellamt. Pas de doute, les risques sont élevés pour l’entreprise qui pourrait être amenée, du moins en Allemagne, à cesser une pratique qui lui rapporte gros : combiner les données de ses utilisateurs en provenance de différentes sources.

Car oui, Facebook ne se contente pas de glaner vos données personnelles sur son propre site, ni même sur l’un de ses autres services comme WhatsApp et Instagram. Il prélève également des informations sur une quantité d’autres sites, notamment via le bouton "J’aime" incorporé aux pages web, un vrai petit espion qui lui rapporte vos faits et gestes en dehors du réseau social. Même en l’absence de ce bouton, les cookies tiers de Facebook restent tapis dans l’ombre aux quatre coins du web, et sont capables de happer vos données au passage.

Des restrictions fondées sur votre consentement

Quand vous créez un compte Facebook, les conditions d’utilisation vous contraignent à accepter non seulement que vos données soient collectées en dehors de Facebook, mais aussi que ces données en provenance d’autres sites et services soient combinées et ajoutées à votre compte Facebook.

Etant donné l’ampleur des informations ainsi brassées, le Bundeskartellamt a souhaité apporter des restrictions aux pratiques du réseau social. Il estime que :

  • Facebook peut continuer à glaner vos données sur ses autres services (WhatsApp, Instagram…) mais doit obtenir votre consentement pour ajouter ces données à votre compte Facebook.
  • Facebook ne peut plus collecter vos données en dehors de ses services (ni les ajouter à votre compte) sans votre consentement.

Rejoignez notre action contre Facebook

La décision de l’autorité allemande de la concurrence rejoint les principes que nous prônons pour une société numérique plus juste, dans laquelle le modèle économique des géants du web doit s’adapter aux législations de protection des utilisateurs, et non l’inverse.

Pour rappel, nous avons introduit une action collective contre Facebook avec nos organisations-sœurs italienne, portugaise et espagnole.

Cette action rassemble déjà plus de 175.000 utilisateurs en Europe : rejoignez-les sur www.testachats.be/actionfacebook.

Vers l'action collective contre Facebook