News

Affaire Facebook : nous soutenons une procédure aux Etats-Unis

03 août 2018

03 août 2018
En parallèle à notre action collective contre Facebook, à laquelle 25.500 personnes se sont déjà inscrites, nous soutenons une autre procédure en cours aux Etats-Unis. Cette affaire concerne le modèle économique du réseau social, et notamment la manière dont il collecte et gère vos données personnelles.

A première vue, la procédure américaine, qui oppose Facebook à un développeur d’applications sur une question de concurrence, ne présente pas d’intérêt immédiat pour notre action en Belgique.

Cependant, elle a fait émerger plusieurs emails entre des représentants hauts placés de Facebook, discutant de la stratégie commerciale de l’entreprise concernant la collecte et l’exploitation des données personnelles. Autant d’éléments qui pourraient s’avérer très utiles dans notre action !

Les documents doivent être rendus publics

Cependant, Facebook met tout en œuvre pour que ces documents soient considérés comme confidentiels et a déposé une motion devant le juge afin que ces échanges d’e-mails soient scellés.

C’est la raison pour laquelle nous avons transmis au juge un dossier "Amicus Brief" (en tant que partie non impliquée) afin de le convaincre de l’importance de rendre ces documents publics. Des entreprises telles que CNN, The New York Times, The Guardian, Associated Press et WP Company sont également intervenues dans la procédure.
Nous ne manquerons pas de vous tenir informé de la suite des évènements.

Notre action en Belgique

Suite à l’éclatement du scandale Cambridge Analytica, nous estimons que Facebook a enfreint la règlementation sur le respect de la vie privée ainsi que celle protégeant les consommateurs. Nous avons donc déposé, le 25 juin dernier, une requête en action collective devant le tribunal de commerce visant à représenter tous les utilisateurs de Facebook, et non seulement les victimes du scandale Cambridge Analytica.

En prenant notamment en compte l’avantage commercial que Facebook a tiré des données de ses utilisateurs en les communiquant à des tiers, mais également la valeur des données partagées par les internautes sur Facebook, nous estimons le dommage subi à un minimum de 200 euros par utilisateur. Il reviendra bien sûr au juge d’estimer et de décider du montant final de l’indemnisation.

Plus de 25.500 personnes ont déjà manifesté leur souhait de participer à l’action sur www.testachats.be/actionfacebook. Rejoignez-nous !

Vers l'action collective contre Facebook


Imprimer Envoyer par e-mail