News

Google condamné en France pour sa collecte de données : la pression monte d'un cran

23 janvier 2019

23 janvier 2019

Google s'est vu imposer une amende de 50 millions d'euros en France pour ses pratiques de collecte de données. Cette condamnation confirme nos inquiétudes en termes de transparence et de libre choix du consommateur lors de la récolte de données. Nous avons rencontré Google pour lui demander de modifier certains paramètres. La décision française augmente un peu plus la pression.

La CNIL, le gendarme français des données personnelles, a infligé ce 21 janvier une amende record de 50 millions d'euros à Google. Le géant du web s'est notamment vu reprocher de ne pas informer assez clairement ses utilisateurs sur la manière dont leurs données personnelles sont collectées et traitées.

Il s'agit d'un élément supplémentaire à joindre au dossier délicat de la protection des données à caractère personnel par certains grands acteurs du numérique. Pour rappel, nous avons introduit une action collective contre Facebook avec nos organisations-soeurs italienne, portugaise et espagnole. Cette action rassemble plus de 175.000 utilisateurs en Europe et ce, sur une base similaire à la plainte portée devant la CNIL. L’action est toujours ouverte sur www.testachats.be/actionfacebook.

Vers l'action collective contre Facebook

Rappelons également que Test Achats a contacté Google formellement en octobre dernier à propos de sa politique de paramètres permettant un tracking intrusif et non consenti des utilisateurs. A cette occasion, nous avons rencontré des représentants de l'entreprise et sommes actuellement dans l’attente de changements en la matière. La décision française allant dans le même sens, nous espérons que Google va répondre à nos attentes et à celles des utilisateurs en matière de respect de la confidentialité et de protection des données.

Nous restons favorables à une société numérique qui fait la balance entre les intérêts de tous. Cependant, le business model des acteurs du numérique doit s’adapter aux principes fondamentaux de notre vie en société et des législations de protection des utilisateurs, pas le contraire.