News

Une Fête des Pères connectée

25 mai 2016
une fête des pères connectée

25 mai 2016

"L’Internet des objets" gagne du terrain : de plus en plus de gadgets se veulent "connectés". Insolites ou irrésistibles, ils produisent toujours leur petit effet de surprise. Alors, cette année, pourquoi pas une Fête des Pères connectée ? Du cadenas numérique à la brosse à dents intelligente, Test Connect vous présente quelques idées de cadeaux pour le 12 juin.

Cadenas connecté

En vogue depuis l’an dernier, le cadenas connecté ravira les papas distraits qui ont tendance à oublier leurs clés. Le principe : l’objet fonctionne avec une application pour smartphone, et son (dé)verrouillage se fait par Bluetooth.

Généralement, il est possible de partager l’accès au cadenas avec d’autres personnes. L’autonomie de la batterie est censée être d’environ un an. Si elle doit être rechargée (ou, pour certains modèles, si la pile bouton doit être remplacée), le système prévient l’utilisateur bien à l’avance. Au pire, le cadenas doit normalement se déverrouiller avant de tomber à court d’énergie, ou proposer une solution alternative, comme un code d’urgence (notamment dans le cas, forcément dérangeant, où vous devriez utiliser le cadenas pour fermer l’accès à un casier qui contient votre smartphone…). Avantage non négligeable : en théorie, l’objet vous prévient à distance en cas d’ouverture non désirée.

Il vous en coûtera environ 60€ à 120€ en fonction des modèles (intérieur, extérieur, plus ou moins résistants…). Deux marques principales sortent du lot : le fabricant de cadenas traditionnel Master Lock, et la start-up Noke.

Brosse à dents connectée

En plein essor depuis 2014, la brosse à dents électrique connectée fait partie de ces produits devant lesquels on est en droit d’être sceptique. Pourquoi une brosse à dents "intelligente" ? Comme une balance connectée ou tout autre capteur d’activité, l’objet est conçu avant tout pour permettre de mesurer des données d’utilisation.

Voilà donc l’occasion idéale de vérifier que papa applique bien les conseils du dentiste à la lettre. La brosse à dents fonctionne par le biais d’une appli, qui ne se prive pas d’émettre des rappels et conseils à son utilisateur. On ne parle pas ici uniquement de la durée du brossage ; de manière générale, le système vise à améliorer la régularité et l’efficacité de l’hygiène dentaire. Les unions de dentiste ont d’ailleurs tendance à soutenir l’essor des brosses à dents connectées qui, sans être la panacée, ont le mérite d’agir comme une motivation à rester vigilant autour d’un comportement auquel on ne fait parfois plus très attention. Rien d’étonnant, donc, à ce que la plupart des modèles présentent des aspects de "gamification" (distribution de récompenses virtuelles) et de partage (probablement davantage avec un professionnel des soins dentaires que sur un mur Facebook…).

A noter que les fonctionnalités connectées de ces brosses à dents électriques peuvent tout à fait être désactivées, et l’objet remplira toujours sa mission principale. Parmi les grandes marques, Oral-B semble être le leader du marché, mais des start-ups comme la française Kolibree peuvent aussi proposer des modèles intéressants. Les prix sont très variables en fonction de la marque et des fonctionnalités, mais il faut compter généralement, entre 100€ et 250€. 

Ampoules connectées

C’est peut-être l’objet connecté de domotique le plus populaire : simple à installer et à régler, il offre des avantages qui sautent (littéralement) aux yeux. Contrôler toutes les ampoules dans la maison à partir d’un smartphone, rien de tel pour que papa puisse flamber devant les copains.

Philips s’est démarquée très tôt avec sa gamme Hue, mais dispose d’une concurrence croissante, avec l’arrivée sur le marché d’Awox, Osram, Bell&Wyson…  Tous rivalisent d’ingéniosité pour proposer des fonctionnalités innovantes, de la luminothérapie à la sécurité (simulation de présence dans la maison). Pour cette raison, entre autres, les prix peuvent varier considérablement : à l’unité, il est possible de s’en sortir pour un prix de 20 à 50€, mais il existe de nombreux kits, contenant souvent plusieurs ampoules. Notez que les ampoules connectées sont toujours des LED.

Comme avec les autres objets, la gestion de la dimension connectée des ampoules se fait depuis une appli pour smartphone. Les éléments les plus utiles sont faciles d’accès (comme la programmation ou la détection de mouvement) mais il est possible d’aller bien plus loin dans la personnalisation de l’ambiance lumineuse : les Hue de Philips peuvent réagir à toutes sortes de choses, comme la réception d’un e-mail important ou même l’atmosphère visuelle d’un film.

Mini-drones

Il n’y a pas que les objets connectés sérieux dans la vie : pour les grands enfants, rien de tel qu’un drone pour s’amuser des heures durant !

Dans le secteur des mini-drones abordables et purement destinés au divertissement, Parrot reste le leader, avec la gamme "Airborne". D’autres marques, comme Syma, proposent aussi des quadricoptères télécommandés.

Le prix oscille généralement entre 50€ et 200€ : il est conditionné par plusieurs facteurs, à commencer par la taille du drone, la qualité de sa caméra intégrée (pour les selfies aériens), son autonomie (qui sera toujours très limitée sur ces modèles : aucune session de vol ne durera plus de 10 minutes)… Attention : beaucoup d’utilisateurs de drones témoignent de la perte de leur appareil, quand celui-ci échappe aux commandes et disparaît dans le ciel. Utilisez-le donc, de préférence, dans un espace ouvert bien dégagé…

Alternativement, vous pouvez opter pour un mini-drone à roulettes (comme le Parrot Jumping Race), au design tout aussi hi-tech, dans une gamme de prix légèrement plus élevée (à partir de 100€). Enfin, sachez qu’il existe aussi des micro-drones, pas plus grands que la main. Leurs performances sont très faibles, mais ils ne coûtent que 10€ à 50€ (une fois encore, en fonction de la caméra et de l’autonomie). La marque Syma en produit quelques-uns, de même que Hubsan ou Cheerson.

Réalité virtuelle

Pour les papas geeks, le fin du fin cette année reste la réalité virtuelle. Cette technologie naissante ne tient pas encore toutes ses promesses mais elle est déjà en mesure de ravir les amateurs de sensations fortes. Le choix de ce marché, à l’origine très restreint, s’élargit progressivement – et avec lui, la gamme de prix.

Alors certes, à l’heure actuelle, les champions tels que l’Oculus Rift et le HTC Vive sont facturés à des prix faramineux (de 700 à 900€). Mais dans un registre plus abordable, si papa possède déjà un smartphone compatible (Galaxy S6, S7 et Note 5), le Samsung Gear VR est un casque de réalité virtuelle qui ne manquera pas de provoquer son petit effet, contre une centaine d’euros environ.

Une troisième solution, très bon marché mais bien moins impressionnante, est le Google Cardboard (ou l’un de ses multiples ersatz). Ce casque en carton, à monter soi-même, est conçu pour accueillir un smartphone et fonctionner ainsi avec des applications mobiles de réalité virtuelle. Il s’agit donc d’un gadget sans prétention, mais qui permet de se faire une première idée du potentiel de la réalité virtuelle.

Notez bien que Papa devra déjà posséder un smartphone compatible (faites bien attention aux dimensions et au système d’exploitation : généralement, la compatibilité est garantie pour un téléphone Android 4.1 ou iOS 8, avec un écran de 4 à 6 pouces de diagonale). Le casque en lui-même est vendu à moins de 20€. Certaines applications sont gratuites, d’autres coûtent quelques euros.


Imprimer Envoyer par e-mail