News

Fichiers dangereux : soyez prudent !

10 juillet 2017
format fichier

10 juillet 2017
Les fichiers les plus utilisés pour répandre des virus sont de type .exe, .zip et .html. C’est ce qui ressort du dernier rapport de sécurité d'AV-Test. Chaque fois que vous recevez un tel fichier, redoublez de prudence. Voici quelques conseils pour détecter les fichiers à risque.

Fichiers susceptibles d’être un virus

Pour filtrer les fichiers malveillants, votre fournisseur de messagerie s’inspire d’une liste de pièces jointes interdites. Même si, en eux-mêmes, ces formats de fichiers ne présentent aucun danger (ce sont généralement des extraits de sites web, des programmes et des fichiers systèmes), ils ont toutefois en commun le potentiel de vous contaminer.

liste
Liste des formats de fichiers interdits

Fichiers susceptibles de contenir un virus

A cette liste, vous pouvez ajouter les fichiers .zip, .rar, .pdf, .doc(x), .ppt(x) et .xls(x) que vous connaissez sans doute mieux. Si ces fichiers ne font pas partie de la liste ci-dessus, c’est parce qu’ils ne peuvent pas, en eux-mêmes, être un virus. En revanche, ils peuvent en contenir un, ce qui leur permet d’intégrer d’autres fichiers, comme ceux de la liste ci-dessus. Pensez aux animations intégrées dans une présentation Powerpoint ou aux fonctions macro automatiques d'un fichier Excel ou Word. Les pirates informatiques s’en servent pour rendre plus difficile la détection des fichiers contaminés.

Comment se prémunir ? C’est très simple.

Dans la plupart des cas, votre fournisseur de messagerie ou votre antivirus filtreront eux-mêmes les fichiers entrants. En ce qui concerne les virus dissimulés dans un autre fichier, faites preuve de bon sens :

  • Veillez à ce que vos programmes soient toujours à jour. La majorité des virus ont besoin des anciennes versions des programmes (celles contenant des bugs non encore résolus) pour pouvoir agir. 
  • Abstenez-vous d’ouvrir les pièces jointes d’expéditeurs inconnus.
  • N’ouvrez les pièces jointes d’expéditeurs connus qu’après avoir contrôle auprès de l’expéditeur si c’est bien lui qui vous a envoyé le courriel.
 

Imprimer Envoyer par e-mail