Guide d'achat

Comment choisir un drone ?

26 juin 2017
drone

26 juin 2017

Les drones gagnent en popularité. De plus en plus de personnes en achètent comme jouet ou pour faire des photos et réaliser des vidéos. Cependant, l’utilisation est soumise à une réglementation stricte et le survol n’est pas autorisé partout. Les drones vous intéressent ? Vous trouverez plus d’explications et des conseils dans notre guide d'achat.

Trois classes de drones

D’un point de vue technique, il existe aujourd’hui des drones très performants dotés de nombreuses possibilités intéressantes. Néanmoins, il existe également une limitation non négligeable : la législation. Contrairement à celle des Pays-Bas et de la France, celle-ci est plutôt sévère en Belgique. Le SPF Mobilité a divisé les drones en trois classes, selon l’utilisation prévue et le poids. Des règles spécifiques s’appliquent pour chaque classe (voir aussi sur le site mobilité.belgium.be).

Si vous êtes un particulier à la recherche d’un drone pour réaliser des photos et des vidéos uniques, en dehors du terrain privé et des terrains d’aéromodélisme reconnus, votre usage relève de la classe 2. Outre pour l’achat du drone même, vous devrez ouvrir votre portefeuille pour une formation et un examen pratique obligatoires. La formation la moins chère vous reviendra déjà rapidement à 900 €.

Si vous préférez éviter ces dépenses, vous devrez vous contenter d’un drone "léger" (< 1 kg) avec lequel vous pouvez "jouer" au-dessus des terrains privés uniquement (classe 3).

Des activités comme le survol d’un groupe de personnes ou l’inspection d’un moulin à vent font partie de l’usage professionnel et, dès lors, de la classe 1. Puisque le secteur se trouve encore en pleine évolution, le nombre d’activités commerciales liées à des drones n’est pas encore limité en Belgique.

Classe 3 – usage limité et récréatif
  • Drones de 1 kg maximum (poids au décollage, c’est-à-dire batterie et caméra éventuelle incluses)
  • Pas de limitation d’âge
  • Hauteur de vol maximale : 10 m
  • Limitation à votre propre jardin ou – moyennant autorisation – à d’autres terrains privés
  • Les « drones-jouets » correspondent notamment à ce type d’usage. Ceux-ci conviennent à une première découverte des drones. Il existe des modèles d’entrée de gamme fiables (comme celui de la marque Parrot), en vente dans les grands magasins. Néanmoins, sachez qu’ils font l’objet de discussions et qu’ils sont généralement sensibles au vent, en raison de leur petit format et de l’absence de fonctions de stabilité.
Classe 2 – usage récréatif et semi-professionnel : risque faible
  • Drones de 5 kg maximum (poids au décollage, c’est-à-dire batterie et caméra incluses)
  • Dès 16 ans
  • Hauteur de vol maximale : 45 m
  • Formation théorique et pratique et examen pratique obligatoires (à partir d’environ 900 €)
  • Enregistrement auprès du SPF Mobilité et assurance nécessaires
  • Vous pouvez survoler un terrain public, mais à plus de 50 m d’obstacles et pas au-dessus de votre quartier ou village ou d’un groupe de personnes inconnues. Par conséquent, vous filmer avec vos amis sur la plage ou au parc, comme les publicités le montrent souvent, est interdit en Belgique.
  • Ces drones sont ordinairement plus lourds, plus grands et plus chers que les drones-jouets. De plus, ils sont conçus spécifiquement pour les personnes à la recherche d’un drone à des fins de photographie aérienne.
Classe 1 – usage professionnel : risque modéré (1B) et accru (1A)
  • Drones de 150 kg maximum
  • Dès 18 ans
  • Hauteur de vol maximale : 91 m
  • Formation et examen théoriques et pratiques obligatoires (prix : 2 000 € à 3 000 €)
  • Certificat médical
  • Enregistrement auprès du SPF Mobilité et assurance nécessaires
  • Vous devez déclarer chaque vol (et le consigner dans un manuel opérationnel) et demander l’autorisation de la Direction générale Transport aérien si vous souhaitez utiliser le drone à proximité d’un obstacle ou d’un groupe de personnes.