News

Le rachat de Base par Telenet : une mauvaise affaire pour les consommateurs

20 avril 2015
base telenet

20 avril 2015

Le rachat de Base par Telenet renforce la situation de duopole avec de sérieux risques d’augmentation de prix. Nous demandons aux autorités compétentes d’analyser sérieusement les conséquences de ce rachat et de prendre les mesures nécessaires pour assurer une réelle concurrence sur le marché des télécoms.

Avec le rachat de Base par Telenet, les grands deviennent hélas encore plus grands et le duopole existant sur le marché belge sort renforcé. 

Les câblo-opérateurs et Proximus se partagent ainsi plus de 90 % du marché des packs avec TV.

C’est une mauvaise nouvelle pour la concurrence et pour les consommateurs : les duopolistes ne se font jamais de tort.

Rétrécissement de la concurrence

Le rachat de Base par Telenet a pour conséquence la disparition d’un challenger sur le marché de la téléphonie mobile. Mais Base permettait aussi à plusieurs opérateurs alternatifs intéressants d’utiliser son réseau et se pose la question de savoir ce qu’il adviendra de ces opérateurs dits « virtuels » (Jim Mobile, Mobile Vikings, etc). C’est grâce à leurs pressions sur les prix que nous connaissons des tarifs concurrentiels sur le marché belge. 

Offre et client liés

Par ailleurs, Telenet est l’un des deux grands opérateurs qui offre des packs téléphone fixe-TV-Internet et aussi la téléphonie mobile (via le réseau Mobistar).

Si la concurrence fonctionne pour la téléphonie mobile, elle est absente du marché des packs : Les alternatives sont quasi inexistantes et les changements d’opérateurs, complexes et fastidieux. Résultat : les augmentations de prix peuvent être appliquées sans crainte de voir partir les clients à la concurrence et nos tarifs restent les plus élevés d’Europe. 
En incorporant le mobile (via son propre réseau) dans les packs télécoms, celui-ci a de fortes chances d’être affecté par le manque de concurrence.

Ouverture effective urgente du réseau et du câble

Nous demandons donc aux autorités compétentes (IBPT, l’autorité de la concurrence et le Ministre des télécoms Alexander de Croo) d’effectuer une analyse sérieuse des conséquences de ce rachat et de prendre toutes les mesures pour assurer une réelle concurrence sur le marché. 

Les câblo-opérateurs et le réseau Proximus sont ouverts mais les conditions actuelles d’accès mettent les opérateurs alternatifs dans l’impossibilité de proposer une offre. 

Sans l’arrivée d’un troisième opérateur sérieux sur le marchés des packs, le duopole a encore de beaux jours devant lui… au détriment du consommateur.